Adieu à “Jo” Chahine.

L’annonce de la mort de Youssef Chahine est tombée hier dimanche, en cette fin de juillet. On s’y attendait. Onsavait que Jo était dans le coma depuis quelques semaines. Que les heuresétaient comptées. Bien sûr la tristesse. Mais ce qui domine instantanément, c’est le souvenir d’un homme radieux, joyeux, séducteur. Tour à tour habile et enfantin. Un formidable conteur, capable de grandes colères aussi. Mais sescolères étaient théâtrales, si j’ose dire : mises en scène. Cela faisait partie de son charme, de sa manière d’être. Chahine s’insurgeait en permanence contre la bêtise et l’intolérance, et c’est aussi ce qui lui donnait envie de faire des films. Son désir de cinéma a toujours été double : inspiré par la colère et la révolte contre l’intolérance, la censure et la corruption, et par le désir de raconter des histoires, d’émerveiller, de ré-enchanter le monde. Cette nature « double » faisait intrinsèquement partie de son cinéma. Mordant s’il le fallait, séducteur presque toujours. Chahine savait qu’il devait composer avec le pouvoir en place. Et le pouvoir, en Égypte comme dans la plupart des pays arabes, dure longtemps. Trop longtemps.

Chahine lui aussi a su durer. Et c’est tant mieux pour le cinéma. Le cinéma était pour lui un moyen de s’inventer un emploi du temps formidablement libre, de véritable souverain. Chahine faisait des films depuis plus d’un demi-siècle : c’est dire ! Plus d’une trentaine à son actif, ce qui est exceptionnel dans le cinéma arabe de ces dernières décennies. Chahine a perpétué une tradition, celle du cinéma égyptien des années quarante et cinquante à base de comédies (avec les inévitables intermèdes chantés et dansés) et de mélodrames. Ce cinéma égyptien s’est essoufflé, laissant au cinéma indien le soin de régner sans partage sur à peuprès tout le monde arabe, tandis que Chahine poursuivait son chemin, trouvant à chaque fois l’élan nécessaire, un deuxième, puis un troisième souffle, lui permettant de rebondir, de s’adapter, de ruser (toujours), parfois de composer, sans jamais renoncer à l’essentiel. L’essentiel pour lui c’était d’êtresincère, de ne jamais trahir son idéal de jeunesse, lorsqu’il rêvait de Fred Astaire et de Hedi Lamarr, d’un monde régi par la danse et la comédie, l’insouciance et la liberté la plus totale.

L’essentiel aussi, c’était de garder le contact avec le petit peuple égyptien. Chahine venait d’Alexandrie,ville dont il a fait le théâtre de sa fameuse trilogie : Alexandre pourquoi ? (1978), Alexandrie encore et toujours (1990), Alexandrie – New York (2004). Un peu comme Fellini a réalisé son Roma. Chahine appartient à cette famille de cinéastes qui se confondent avec une ville, un lieu cosmopolite où toutes les idées étaient tolérées, toutes les religions pratiquées, sans exclusive aucune. Une ville en quelque sorte utopique. Tout le cinéma de Chahine s’inscrit dans cette nostalgie d’une ville (Alexandrie) et d’un pays (l’Égypte) où les communautés les plus diverses vivaient ou vivraient en bonne entente. Plusieurs de ses films racontent ou décrivent la confrontation entre le rêve et la réalité, avec cette part de désenchantement ou de désillusion. Ce qui sauvait Chahine de l’amertume, c’était de filmer avec passion la jeunesse, de choisir ses héros dans la jeunesse cairote, d’en faire ses porte-parole, de s’identifier à eux de manière à la fois physique et morale. Désir homosexuel à peine voilé, à peine refoulé. C’est dire l’audace de son cinéma, un cinéma où la pulsion et le désir occupaient l’écran à part égale avec la représentation des idées et l’engagement politique. Tout cela se mêle, est indissociable. Courage de Jo Chahine, osant braver la censure et les interdits.

Souvenir personnel : 1984. Avec Serge Daney, nous nous rendons au Caire sur le tournage d’Adieu Bonaparte – Daney pour Libération, moi pour les Cahiers du cinéma. Chahine a enrôlé deux acteurs vedettes, Patrice Chéreau dans le rôle de Bonaparte, Michel Piccoli dans celui de Cafarelli. Il a confié un rôle quasi égal à Mohsen Mohieddine, un jeune acteur égyptien. Ce film, Chahine le doit en grande partie à la France. Il a en effet reçu l’aide directe de Jack Lang, alors ministre de la culture. Et surtout, il a trouvé en Humbert Balsan (et son partenaire Jean-Pierre Mahot) un producteur complice. Adieu Bonaparte sera le premier d’une longue liste de films que Balsan et Chahine vont mettre en chantier, scellant une amitié indéfectible. Dans ses studios assez vétustes du Caire (les studios Misr), Chahine tourne son film comme s’il s’agissait d’une énorme production hollywoodienne. Il a fait appel à de nombreux figurants (y compris Serge Daney, mais j’ai oublié comment Serge s’était déguisé), l’ambiance est joyeuse, le rythme de travail effréné. Tout le monde a envie de faire plaisir à Jo. L’équipe technique ne comptait pas les heures de travail. Yousry Nasrallah, sympathique et intelligent, était l’assistant de Chahine, avant de devenir lui-même cinéaste. Le cinéma de Chahine a toujours été artisanal, reposant sur des savoir faire multiples et sur la générosité de ses équipes. Mais lui-même s’est donné au cinéma corps et âme, de manière infatigable.  Il habitait le cinéma, Jo Chahine !        

 

3 Réponses à “Adieu à “Jo” Chahine.”

  1. Vince Vint@ge a écrit :

    JO, SO WHAT ?!

    C’est marrant ce tropisme ciné à appeler tous les cinéastes, notamment étrangers,  » à cachet exotique  » pourrait-on dire,  » Jo ». Par exemple, Youssef Chahine (1926-2008), tout le monde l’appelait  » Jo  » et un cinéaste thaïlandais comme, attention… atchoum !, Apichatpong Weerasethakul, qu’on appelle aussi ‘Wiːraːʼseːthakul, thaï : อภิชาติพงศ์ วีระเศรษฐกุล’, eh bien, pour faire plus court et au vu de son nom cauchemardesque pour tout apprenti-interviewer qui se respecte, on l’appelle aussi… Joe !
    Bref, on peut y voir peut-être une humilité, une modestie de leur part : un prénom court, un pseudo d’ami pour éviter que leur cinéma d’auteurs ne prennent trop de la hauteur, de la distance. Loin du quant-à-soi, on brise la glace, on se rapproche de l’autre en n’exploitant pas un nom à rallonge qui pourrait créer une solution de continuité trop grande. Et c’est la même chose, me semble-t-il, pour notre Joe de Thaïlande. Jo, alias Chahine, bien qu’orgeuilleux, colérique et fier, n’était pas un affreux jojo irascible et pédant, il savait se montrer attentif, ouvert, à l’écoute, espiègle, généreux, à l’instar de ses films vibrants de vie, de jeunesse et d’espoir. Youssef, choukran.
    Ce que je retiens de lui, au-delà des années qui ont passé avec la succession de ses films égyptiens ( » Gare centrale « , « Ciel d’enfer », « Adieu Bonaparte », « Le Sixième Jour »,  » Le Destin », « Alexandrie… New York »), c’est son sourire. Cet homme avait un magnifique sourire. Un sourire de bonté qui, comme pour celui de la sacro-sainte Mona Lisa de Léonard, pouvait tendre vers l’ironie, la petite moquerie d’un pote farceur, gentil mais lucide sur les vanités des vanités de tout homo, qu’il soit sapiens, erectus, cinephilis et autres. Oui, Youssef Chahine, c’était aussi, face aux douleurs sourdes d’un monde de plus en plus chaotique, post-industriel et consumériste à gogo(s), un certain  » triomphe de la légèreté « . Oui, dans son sourire ô combien contagieux, on pouvait deviner la légèreté et la poésie pétillante d’une jeunesse éternellement rieuse et triomphante au seuil de l’âge de tous les possibles. Un curieux cocktail bigarré et explosif entre savoir-vivre, savoir-faire et savoir-être. Leçon de vie mâtinée de leçon de cinéma. La Master Class, quoi.

    Alors, vous voulez vraiment me faire plaisir ? Appelez-moi Jo et fissa !

  2. D'ESTAING a écrit :

    bjr
    très peinée par la disparition de Mr CHAHINE. Je l’ai découvert avec son film « le Destin » film à conseiller à notre jeunesse fragile et leurs parents.

    Adieu l’artiste
    Eliane D’ESTAING

  3. Serge Toubiana a écrit :

    Postscriptum : Je vous recommande de lire le texte de Charles Tesson paru dans le numéro de septembre des Cahiers du cinéma (n°637), « Chahine, gare centrale ». Car il est en tous points magnifique, généreux. Tesson retrace le parcours de Chahine dans le cinéma arabe de manière très fine, il évoque l’aura du cinéaste, son culot et son goût de la liberté. Remarquable synthèse de ce que fut l’homme et le cinéaste. Agréable de lire un texte où l’on sent l’amour et l’intelligence du cinéma. C’est ce que j’ai lu de meilleur, et de loin, à ce jour à propos de Youssef Chahine. S.T.

Laissez une réponse

*