Serge Rousseau, un homme de qualité

On a appris dimanche la disparition de Serge Rousseau, un homme d’une grande qualité et d’une grande gentillesse, décédé la veille.

Serge Rousseau était agent d’acteurs. Une figure historique et très appréciée à l’intérieur du cinéma français. Il a longtemps travaillé au sein de l’agence Artmédia aux côtés de Gérard Lebovici, puis de Jean-Louis Livi, avant de rejoindre Cinéart. Il avait entre autres été l’agent de Fanny Ardant, de Nathalie Baye, de Patrick Dewaere, ou de Sandrine Bonnaire. Et surtout, il avait été l’ami de François Truffaut. Un de ses plus proches. Je serais tenté de dire son confident. Dans Baisers volés, Serge Rousseau faisait une apparition vers la fin du film : celle de « l’Inconnu », celui qui, vêtu d’un imperméable clair, suivait à distance Claude Jade et Jean-Pierre Léaud, l’air inquiétant. Et qui disait à Claude Jade, assise sur un banc de l’avenue de Breteuil : « Avec moi vous n’aurez plus peur, car j’incarne l’amour : l’amour définitif ».

Dans La Chambre verte, il n’apparaît qu’en photos dans le film, incarnant Paul Massigny, le rival de Julien Davenne, le personnage principal interprété par Truffaut lui-même. Dans La Mariée était en noir, Serge Rousseau apparaît à peine dans le rôle du fiancé de Jeanne Moreau, que l’on abat d’un coup de fusil lors de la sortie de l’église où le couple vient de se marier. Et c’est pour lui que Julie Kohler se venge…

Truffaut aimait ainsi lui confier des rôles, comme des clins d’œil amicaux.

L’autre lien de Rousseau avec Truffaut, c’était bien sûr Marie Dubois. Car Serge était le mari de Marie Dubois, la magnifique Marie Dubois de Tirez sur le pianiste et de Jules et Jim, et de beaucoup d’autres films. Truffaut aimait Serge et Marie, l’un et l’autre, et les deux ensemble. Il aimait leur couple.

Lors des funérailles de Truffaut en octobre 1984, Serge Rousseau avait pris la parole au Cimetière Montmartre. L’autre orateur était Claude de Givray, scénariste (Baisers volés, Domicile conjugal) et cinéaste, lui aussi très proche du cinéaste. Truffaut leur avait confié ce rôle pas très marrant consistant à prendre la parole devant sa tombe.

Serge Rousseau était un homme charmant et délicat, toujours curieux de découvrir de nouveaux talents. Il avait débuté comme acteur, dans un film programmé il y a tout juste une semaine à la Cinémathèque : Les Mauvais coups de François Leterrier, d’après le roman de Roger Vailland. Serge Rousseau y incarne le fiancé d’Alexandra Stewart, la jeune et jolie institutrice qui débarque dans un village et qui tombe sous l’emprise de Roberte (Simone Signoret). Un rôle secondaire.

Comme d’autres, Serge Rousseau avait voulu être comédien, avant de se décider à devenir agent. Un agent s’occupe de la carrière d’acteurs. C’est parce qu’il connaissait les acteurs, leurs angoisses et leur talent, que Serge Rousseau s’en occupait si bien. Il l’a fait tout au long de sa vie avec une grande intelligence et une belle intégrité.

Il y a quelques années, cinq ans à peine, je lui avais demandé d’être la voix de François Truffaut : concrètement, de lire le Journal de tournage de Fahrenheit 451, ce texte très important que Truffaut écrivit, au jour le jour, à partir de janvier 1966, lorsqu’il tournait à Londres dans les studios de Pinewood son unique film de langue anglaise. Serge s’était prêté au jeu avec talent, et ce document assez unique figure en bonus dans le DVD de Fahrenheit 451 (édité chez mk2) sur des images du film : on entend la voix de Serge Rousseau lisant de longs fragments du journal de tournage de son ami Truffaut.

9 Réponses à “Serge Rousseau, un homme de qualité”

  1. Laura a écrit :

    Ces lignes si justes me rappellent la voix si claire de Serge Rousseau. Merci pour ce bel hommage.

  2. Madeleine a écrit :

    Vous avez su parler de cet homme exeptionnel dans les termes les plus justes . J’aurais voulu les trouver moi -même car on ne pouvait le
    connaître sans l’aimer .
    Il incarnait l’amitié et la bonté et l’humour.
    Vous avez eu raison d’associer son épouse Marie Dubois à votre hommage car le couple était uni dans lavie et l’amour du cinema ,
    du theâtre et des autres acteurs avec passion !

  3. Louisdo de Lenquesaing a écrit :

    J’aimais beaucoup Serge Rousseau, pour le peu que je l’ai vu. Je me souviens de lui accompagnant Marie Dubois pour voir « Après la répétition  » que j’avais montée au théâtre. Ils avaient tous deux aimé et m’en parlaient si chaleureusement…

    Plus tard, j’avais souhaité proposé à Marie Dubois une pièce, « Les Bahamas » je crois, pour Avignon, et Serge m’avait dit au téléphone que non, qu’en juillet ils allaient à la campagne, que ce serait compliqué à cause de la chaleur en Avignon. Il hésitait même à dire à Marie que je voulais la faire jouer….

    Il n’y en a plus beaucoup, des comme cela, des agents et même des gens, qui vous regardent tout droit avec une immense douceur…

    Louisdo de Lenquesaing

  4. christian cazenave a écrit :

    Merci d’avoir parlé de Serge avec autant de sincérité.
    Serge était un vrai gentleman, doux, modeste et curieux des autres.
    Je crois ne l’avoir jamais entendu dire du mal de quiconque. Je suis certain ne l’avoir jamais pris en flagrant délit de la moindre vanité, lui qui aurait pu se glorifier d’avoir tant fait pour le cinéma français, et pour « ses » comédiens qu’il aimait tant.
    Et Il aimait Marie. Il aimait leur fille Dominique et sa petite Lou. Toutes trois passionnément et plus que tout.
    A la revoyure , Serge, pour une petite coupe.

  5. Sallah laddi a écrit :

    Merci pour l’hommage que vous rendez à cet être magnifique et une tendre pensée à Marie Dubois. Ma rencontre avec eux date de décembre 2005 où Marie avait apporté son soutien à un projet mettant en valeur la poésie, je me souviens de la bonté et de l’amour de Serge Rousseau entourant Marie Dubois, je me souviens également de la réflexion d’un technicien me disant en parlant de leur présence: « Ce tournage est un rêve » je lui ai répondu: « Non ce n’est qu’un songe »
    Je lui souhaite un bon voyage.
    Sallah Laddi

  6. Jacques NISSOU a écrit :

    Il y a 30 ans que je connais Serge et Marie. J’ai toujours été étonné de la modestie et de la discrétion de cet homme dans le cadre dun milieu si souvent extravagant. Sa gentilesse et sa douceur, son respect des autres, son amour des comédiens forcait l’admiration. Un homme vrai nous a quitté. J’adresse à Marie et à leur fille Dominique toute mon affection et ma tendresse dans cette épreuve douloureuse quest la perte de leur père et mari dont elles peuvent être fier comme le sont toutes les personnes qui ont eu la chance de croiser son chemin.

  7. CLAUDINE BOUCHé a écrit :

    JE suis très touchée par la disparition de Serge et je pense beaucoup à toi chère Marie .Je t’embrasse. CLAUDINE Bouché

  8. coupry a écrit :

    je suis très triste de la disparition de serge Rousseau, c’ était un homme qui aimait beaucoup Marie et qui l’admirait . Je pense beaucoup à vous Marie et je vous embrasse. je suis de tout coeur avec vous et votre famille.
    colette coupry

  9. blondy sophie a écrit :

    Merci à Serge Rousseau. A l’homme qu’il était !
    Il m’a ouvert à une telle confiance… Il savait et voyait au-delà de l’apparence. L’élégance du coeur et du reste. Merci d’avoir existé comme cela, et de m’avoir guidée vers cette lumière de mon propre chemin.
    Je vous souhaite d’être dans la plus douce des lumières… Celle qui reflète la beauté de votre âme.
    J’embrasse Marie, que Serge m’avait présentée… et Dominique leur fille.
    Sincèrement
    Sophie Blondy

Laissez une réponse

*