Hommage à Jeanne Moreau

Angers

Retour d’Angers où j’ai passé deux jours. Premiers Plans, le festival européen du premier film, fête cette année ses vingt ans. En 1989, lors de la première édition, j’étais membre du jury aux côtés de Theo Angelopoulos, Lucas Belvaux, Dominique Besnehard, Arlette Langmann. A une année près, je n’ai manqué aucune édition de ce festival, unique en son genre, grâce au public, jeune et enthousiaste. Premiers Plans a gagné son pari d’être un festival de découvertes – excellente idée de consacrer le festival aux films européens : longs métrages de fiction, films d’écoles, courts métrages. Claude-Eric Poiroux, son délégué général, eut aussi l’idée d’y adjoindre des rétrospectives, des rencontres, des lectures de scénarios, des ateliers, etc. Chaque année le public y est plus nombreux, plus divers (des jeunes, par milliers !), plus à l’écoute, plus en demande, avide de nouer des liens avec le cinéma. Tout le cinéma. Celui d’hier, d’aujourd’hui et de demain. Je me souviens de magnifiques rétrospectives consacrées à Jean Eustache, Marco Ferreri, François Truffaut, Maurice Pialat, Louis Malle, Ingmar Bergman ou encore Pier Paolo Pasolini. Cette année c’est au tour d’Alain Resnais d’être « hommagé », parallèlement aux rétrospectives qui se déroulent en ce moment même au Centre Pompidou, à la Cinémathèque de Toulouse ou encore à l’Institut Lumière de Lyon. On sait que Resnais ne se déplace guère. Qu’il n’aime pas se montrer en public. La timidité, bien sûr. Surtout, le refus de se retourner sur son passé. On peut le comprendre. Resnais est tout occupé à la préparation de son nouveau film, « Les herbes folles », produit par Jean-Louis Livi. Tournage imminent, l’adaptation d’un roman de Christian Gailly – une première pour lui. Aussi plusieurs de ses comédiens et collaborateurs sont-ils venus à Angers, pour présenter des films qui composent cet hommage : la fidèle scripte Sylvette Baudrot, Nicole Garcia, Renato Berta , Isabelle Carré, le critique et essayiste François Thomas (auteur d’un bon livre paru chez Flammarion : « L’atelier d’Alain Resnais »).

Un autre hommage est rendu à Angers, il concerne Jeanne Moreau. On fête ses 60 ans de cinéma. Depuis 2003, année où elle présida le jury, Jeanne Moreau est en quelque sorte la « marraine » de Premiers Plans. A Angers elle est chez elle. Attentive à chacun, veillant à tout, participant au moindre événement, généreuse et vive. Le public l’aime, et vice versa. Il y a trois jours, nous présentions La Baie des anges de Jacques Demy devant une salle comble (500 spectateurs aux « Variétés »). Jeanne Moreau fut applaudie à tout rompre par une salle qui lui était acquise. Dire qu’elle est sublime dans le film de Demy est un euphémisme. Rayonnante, elle règne et donne au film son tempo, sa double allure : celle d’un film à la fois solaire (tout se passe au bord de la Méditerranée entre Cannes, Nice et Monte-Carlo) et noir : le thème central, exclusif, en est le jeu. Et l’on sait que le jeu a à faire avec la perte de soi. Impair et manque. Tout sur le 17… Dans La Baie des anges Jeanne Moreau est blonde platine, à la Jean Harlow. Insolente , souveraine, jouant sa vie comme on se brûle. Totalement insouciante. Claude Mann, son partenaire, la suit docilement, vivant son roman d’apprentissage, totalement fasciné par cette « Jackie » sans attache et libre.

Arte est en première ligne et rend hommage à l’actrice, en programmant trois films importants de sa filmographie : Jules et Jim et La mariée était en noir de François Truffaut, et Le Journal d’une femme de chambre de Luis Bunuel. Dimanche prochain, 27 janvier : soirée Thema autour du documentaire qu’ont réalisé Josée Dayan, Pierre-André Boutang et Annie Chevallay : Jeanne M. Côté cour, côté cœur. 90 minutes intenses, où l’on ne s’ennuie pas une seconde. Jeanne Moreau est interviewée chez elle, répond aux questions de Pierre-André Boutang , souriante et détendue, précise et séductrice. La lumière est signée Caroline Champetier, autant dire magnifique. Lorsqu’elle évoque son parcours, son enfance, sa famille, ses rencontres avec Louis Malle, Truffaut, Orson Welles, Marguerite Duras…, ses débuts au théâtre puis au cinéma, quelque chose jaillit sous nos yeux : l’intelligence, le refus du pathos, la liberté. Sur son visage lumineux, une jeunesse qui refuse de vieillir… Le film est nourri de nombreuses images ou scènes (répétitions au théâtre, chansons, documents…) filmées au fil des ans par Josée Dayan, qui est en quelque sorte la cinéaste-biographe de l’actrice. A un moment, Jeanne Moreau dit : « Moi ce qui m’inspire, c’est cette idée de comparer la vie à un jardin qu’on nous donne dès la naissance, et il faut arriver à en faire quelque chose. Mon idée c’est de laisser un beau jardin. » Vers la fin, elle se compare à un tuyau d’arrosage… A voir absolument.

La Cinémathèque s’y mettra à son tour avec une programmation d’une cinquantaine de films. A partir du 6 février. Samedi 9 février à 17 heures, Jeanne Moreau viendra dialoguer avec le public. Salut l’artiste !

P.S.: Je me permets de vous recommander chaudement une pièce de théâtre : »Jouer avec Nicomède » de Corneille, mise en scène par Brigitte Jaques-Wajeman. C’est au théâtre de La Tempête, à la Cartoucherie de Vincennes. Tout y est vivant, plein d’élan, percutant, gai. La pièce de Corneille est peu connue, très politique, les vers tranchent comme des lames. Elle se déroule en Bithynie (l’actuelle Turquie). Le héros, Nicomède, résiste aux envahisseurs romains et défie son propre père qui est roi. La mise en scène surprend d’emblée ; on vous installe sur des gradins, tout autour d’un espace rectangulaire où se situe une longue table de banquet. Les comédiens sont déjà là, assis autour, lisant le journal. Ils nous attendent, tandis que nous nous installons. Certains comédiens passent entre les rangs et nous offrent un chocolat. Brigitte Jaques-Wajeman joue et ruse avec le hors-champ ou le hors scène, ici en quelque sorte aboli. Une fois qu’ils ont fini leur scène, les comédiens s’assoient à nos côtés devenant eux-mêmes spectateurs. Intimité, violence symbolique, rythme, verbe éloquent et poétique. Raphaèle Bouchard (formidable jeune comédienne sortie du Conservatoire), Bertrand Suarez-Pazos, Thibault Perrenoud, Sophie Daull, Pierre-Stéfan Montagnier, Pascal Bekkar, Marc Siemiatycki et Agnès Proust : je les cite tous car ils le méritent. C’est jusqu’au 17 février 2008 (01.43.28.36.36.). On en sort comme aiguisé.

23 Réponses à “Hommage à Jeanne Moreau”

  1. Jean AZAREL a écrit :

    Bonjour M Toubiana,

    Désolé de vous importuner sur un autre sujet.
    Je souhaite pouvoir entrer en contact avec le cinéaste Philippe Garrel pour projet professionnel.
    Pourriez-vous m’indiquer un contact, même indirect.
    Merci, bonne année 2008 pour vous et la Cinémathèque.
    Je regrette de venir si rarement à Paris.

  2. Serge Toubiana a écrit :

    Vous pouvez écrire à la Cinémathèque, « aux bons soins de Philippe Garrel ». Nous lui transmettrons votre courrier. S.Toubiana.

  3. Juliette Nicolas a écrit :

    C’était encore une fois un très beau festival, vous avez raison de le souligner, et une fois de plus, Jeanne Moreau nous a émus par sa présence, par son implication et par sa générosité.
    Vivement la suite du voyage à la Cinémathèque… d’Angers à Paris, il n’y a qu’un pas quand on aime ça :)
    Merci encore !

  4. Landais Nicolas a écrit :

    Ah c’etait génial ce festival, bravo pour vos interventions. Je trouve personnelement ce festival génial, il a l’air de vous avoir plu également. L’idée des premiers courts et d’une rétrospective est vraiment plaisante, surtout pour des lycéens comme moi qui n’ont pas l’occasion de tout avoir vu, tout l’essentiel en tout cas. Je trouve qu’il est très intéressant de voir tout l’oeuvre d’un grand réalisateur, pour mieux voir son évolution dans ses films. Je vous ferais parvenir un article sur le festival, j’aurais aimé votre avis.
    Nicolas

  5. martine a écrit :

    Que du bonheur d’avoir vu hier sur Arte l’hommage à cette Grande Dame qu’est Jeanne Moreau, et je serai à nouveau devant mon écran ce soir !
    En vous lisant, je sais maintenant que ce samedi 9 fevrier, Madame Moreau sera à la cinémathèque pour dialoguer avec son public… Etant en Bretagne, je me fais une joie de venir à Paris pour assister à ce grand moment !
    J’ai tout de meme une angoisse : y aura t-il une toute petite place pour moi ?
    Pouvez-vous m’aider ?
    Merci à vous
    Cordialement
    Martine

  6. Serge Toubiana a écrit :

    Chère Martine, Vous avez raison de venir à la Cinémathèque le 9 février et je m’en réjouis. Le mieux serait de réserver, en effet, car il y aura du monde pour écouter Jeanne Moreau et lui poser des questions. Appelez au : 01 71 19 32 39, pour réserver une place. Cordialement, S. Toubiana.

  7. Juliette Nicolas a écrit :

    La rencontre avec Jeanne Moreau est-elle annulée ou sera-t-elle reportée à une date ultérieure ?
    Merci d’avance !

  8. Serge Toubiana a écrit :

    Chère Juliette,
    Nous allons tout faire pour convaincre Jeanne Moreau de reporter notre rencontre publique prévue initialement ce samedi 9 février à la Cinémathèque.
    Il se trouve qu’elle a un empêchement, devant se rendre au Festival de Berlin où le dernier film d’Amos Gitai, dans lequel elle joue, est en sélection officielle. Il s’agit de l’adaptation du livre de Jérôme Clément, paru il y a trois ou quatre ans aux éditions Grasset: « Plus tard tu comprendras ». Jeanne Moreau y incarne la mère de Jérôme Clément. Jouent également dans ce film, Emmanuelle Devos et Hyppolite Girardot. Nous vous informerons dès que nous connaîtrons la réponse de Jeanne Moreau. Amicalement, Serge Toubiana.

  9. Serge Toubiana a écrit :

    J’ai oublié de mentionner Dominique Blanc, excellente actrice, qui joue également dans le dernier film d’Amos Gitai: « Plus tard tu comprendras ». Beau casting ! S. Toubiana.

  10. Juliette Nicolas a écrit :

    Merci beaucoup pour votre réponse !
    Elle avait parlé de ce film à Angers, il avait l’air de lui tenir particulièrement à coeur :)
    Je fais confiance à Jeanne Moreau pour sa disponibilité à toute épreuve !
    Merci encore !

  11. Serge Toubiana a écrit :

    Chère Juliette,
    Bonne nouvelle: la rencontre avec Jeanne Moreau aura bien lieu, ce samedi 9 février à 17 heures à la Cinémathèque française. Tout s’arrange bien, et nous en sommes ravis. S. Toubiana.

  12. Juliette Nicolas a écrit :

    – MERCI –
    Que dire de plus ? Merci à toute l’équipe de la Cinémathèque, mille mercis à Jeanne Moreau…
    Vivement Samedi alors !
    Merci encore pour votre disponibilité M.Toubiana.
    J.Nicolas

  13. Florence a écrit :

    Monsieur Toubiana,

    Je suis la jeune fille à la petite robe noire, souvenez-vous, celle sans carton d’invitation qui timidement, le grand soir du 6 février, était venue vous voir afin de vous convaincre de la laisser entrer…
    Je fus tellement déçue le jour où vous annonciez l’annulation de la rencontre prévue avec Jeanne Moreau le samedi 9 février, que j’avais décidé de tenter ma chance le soir de l’ouverture…

    Sans doute dois-je remercier Josée Dayan qui en m’entendant au loin, m’offrit sans hésitation son carton d’ invitation. Si elle passe par ici, je voudrais la remercier vivement. Quant à vous Monsieur Toubiana, je vous dois bien des remerciements. La lettre que vous avez remise à Jeanne, votre regard bienveillant que je croisais à plusieurs reprises et qui me confortait dans cet état de grâce, de bonheur suprême…

    Aujourd’hui lorsque je ferme les yeux, je la revois me sourire en m’offrant un chocolat. Je vous entends alors lui dire :  » C’est la jeune fille qui vous a écrit une lettre » et elle, me répondre avec de grands yeux rieurs :  » Si elle m’a écrit une lettre, alors elle aura droit à deux chocolats… »
    Je la revois se faufiler entre ses invités de marque, gracile, légère, mutine et d’une générosité incroyable.

    Pour l’étudiante en cinéma que je suis, ce fut un honneur, une soirée délicieuse et inoubliable…

    Pour ça et pour tout le reste, du fond du coeur MERCI.
    Florence

  14. Serge Toubiana a écrit :

    Chère Florence, votre lettre me fait très plaisir. J’espère vous revoir demain samedi à 17 heures à la Cinémathèque. Même si je ne vous promets pas qu’il y aura du chocolat… Amicalement. Serge Toubiana.

  15. Christophe a écrit :

    Bonjour monsieur,

    Tout d’abord, merci pour l’organisation de la rencontre avec Jeanne Moreau aujourd’hui. C’était super, elle s’est montrée à la hauteur de son mythe : disponible, simple, polie et surtout d’une intelligence très vive. Une vraie star.
    Je voulais profiter de ce blog pour vous demander si Chère Louise de Philippe de Broca allait passer à la Cinémathèque. Je ne l’ai pas vu sur la programme et je le regrette. Je ne connais pas ce film qui semble rare, mais réalisateur (à quand une rétrospective consacré à Philippe De Broca ?), actrice et musique laissent augurer un très joli film. Peut-être que mes attentes me trompent mais j’aurais aimé le découvrir à l’occasion de la rétrospective.

    bien à vous

    Christophe

  16. Bernard a écrit :

    Monsieur
    je suis abonné à la Cinémathèque et ce fut un immense plaisir de fêter cet anniversaire avec Jeanne Moreau + la rencontre, et revoir Jules et Jim sur ce magnifique écran dans des conditions top.

    Bravo à toute votre équipe pour le travail phénoménal que vous faites tous (cinéma africain, ce n’était pas évident) et aussi pour les expos.

    Un merci à vos projectionnistes pour la qualité de leur travail. Certains ne savent pas la chance qu’ils ont d’avoir ce formidable outil qu’est devenu la Cinémathèque française.
    Merci à tous…

  17. Serge Toubiana a écrit :

    Chers Christophe et Bernard, Merci pour vos compliments. C’est vrai, la rencontre avec Jeanne Moreau samedi a été un moment très intense. Elle était à l’aise, en confiance, et avait très envie de ce dialogue avec le public de la Cinémathèque. Beaucoup d’entre vous l’ont accompagnée jusqu’à sa voiture. Jeanne Moreau parle du cinéma avec clarté, intelligence et beaucoup de sensibilité. En artiste. En évitant les clichés. Je crois aussi qu’elle a une très forte envie de transmettre son expérience. cela se sent, par exemple à Angers où elle accompagne le Festival Premiers Plans avec une grande attention. Chère Louise ne fait pas partie de notre programmation, mais nous voulions le programmer. Question de copie: introuvable ! Je transmets vos remerciements à notre équipe, et tout particulièrement aux projectionnistes de la Cinémathèque, qui font un travail magnifique. Amitiés à vous deux. S.T.

  18. Armelle FLEURY a écrit :

    Jeanne Moreau, personnage fascinant. J’ai vu presque tout ses films. J’espère un jour la rencontrer. Pouvez-vous me donner la prochaine pièce de théâtre dans le courant de l’année 2008 ?
    D’avance merci.

  19. Serge Toubiana a écrit :

    Lors de son passage à la Cinémathèque samedi dernier, Jeanne Moreau a annoncé son retour au théâtre en mai 2008. Elle reprendra avec Samy Frey une pièce de Heiner Müller, « Quartett » (traduite par Jean Jourheuil). A suivre.

  20. Alexandra a écrit :

    Bonjour Mr Toubiana,

    Je tenais également à vous remercier pour cette rencontre avec Jeanne Moreau samedi dernier, j’avais envie de l’entendre et la voir « en chair et en os » depuis bien longtemps, j’ai étée comblée.
    J’ai revu mais aussi découvert certains de ses films récemment sur arte, et je comprends tout à fait l’engouement du public pour une telle personnalité.
    Jeanne est une femme audacieuse, libre, qui a su construire au fil de ses choix « aventureux » une carrière sans fausse note.
    J’ai découvert également la Cinémathèque, et j’y reviendrais désormais souvent.
    Vivement « Quartett »! Jeanne a également mentionné sa participation à une soirée spéciale à l’Odéon concernant Mai 68 (et l’économie?), il me semble…
    Pourriez-vous nous en dire plus?

    Cette discussion avec cette grande dame m’a confortée dans mon désir de travailler dans le cinéma…écouter Jeanne n’est décidemment, jamais anodin!
    Merci à vous,
    Alexandra

  21. Serge Toubiana a écrit :

    Chère Alexandra, je suis ravi d’apprendre que vous avez découvert la Cinémathèque, à l’occasion de cette rencontre avec Jeanne Moreau. J’espère que vous allez revenir. Je n’en sais pas davantage sur cette conférence, dont a parlé Jeanne Moreau, prévue au Théâtre de l’Odéon. Je me renseigne et vous tiendrai au courant. A bientôt. Serge Toubiana.

  22. Inês Fonseca a écrit :

    Je suis une anthropologue portugaise, habitant à Paris pour 6 mois pour faire mon post-doctorat. J’ai assisté, sur l’insistance de ma mère, à la rencontre avec Jeanne Moreau à la Cinémahèque. J’ai été ravie de pouvoir assister à une séance aussi émouvante que celle-là.
    Je l’ai écoutée dire qu’elle allait revenir au théâtre, pour jouer une pièce de Heiner Müller au mois de mai. Comme mes parents seront à Paris à ce moment-là, j’aimerais beaucoup pouvoir leur offrir ce beau cadeau: d’aller y assister. Mais, pour ça, j’ai besoin de savoir dans quel théâtre la pièce sera jouée? Serait-t-il possible de m’en informer?
    Je vous remercier d’avance. Inês Fonseca

  23. Serge Toubiana a écrit :

    Jeanne Moreau et Samy Frey reprendront la lecture de la pièce de Heiner Müller, Quartett, au Théâtre de la Madeleine, en principe en mai 2008.

Laissez une réponse

*