Plaidoyer de Jafar Panahi devant ses juges

Ce témoignage m’a été transmis par un journaliste : c’est le plaidoyer prononcé par Jafar Panahi devant ses juges, il y a une dizaine de jours, alors qu’il passait en procès à Téhéran. D’une grande dignité et d’un courage inouï, ce texte mérite d’être porté à la connaissance de tous. Je vous invite non seulement à le lire, mais à le faire lire à tous ceux autour de vous épris de liberté et qui aiment le cinéma. Tout ce que dit Jafar Panahi, avec justesse et modération, tend à prouver que ce procès n’a absolument pas lieu d’être.

Serge Toubiana

 

« Votre honneur, Monsieur le Juge, permettez-moi de présenter mon plaidoyer en deux parties distinctes.

 Première partie : Ce qu’on dit.

Ces derniers jours, j’ai revu plusieurs de mes films favoris de l’histoire du cinéma, malgré le fait qu’une grande partie de ma collection ait été confisquée durant le raid qui a eu lieu dans la nuit du 19 février 2009 à mon domicile. En fait, Monsieur Rassoulof et moi-même étions en train de tourner un film du genre social et artistique, quand les forces qui proclamaient faire partie du ministère de la Sécurité, sans présenter aucun mandat officiel, nous ont arrêtés ainsi que tous nos collaborateurs, et du même coup confisqué tous mes films, qu’ils ne m’ont jamais restitués par la suite. Par la suite, la seule allusion jamais faite à ces films était celle du Juge d’instruction du dossier : « Pourquoi cette collection de films obscènes ? »

J’aimerais préciser que j’ai appris mon métier de cinéaste en m’inspirant de ces mêmes films que le juge appelait « obscènes ». Et, croyez-moi, je n’arrive pas à comprendre comment un tel adjectif peut-il être attribué à des films pareils, comme je n’arrive pas à comprendre comment on peut appeler « délit criminel » l’activité pour laquelle on veut me juger aujourd’hui. On me juge, en fait, pour un film dont moins d’un tiers était tourné au moment de mon arrestation. Vous connaissez certainement l’expression qui dit : ne dire que la moitie de la phrase : « il n’y a point de Dieu que dieu le grand » est synonyme de blasphème. Alors, comment peut-on juger d’un film avant qu’il soit même fini ?

Je n’arrive à comprendre ni l’obscénité des films de l’Histoire du cinéma, ni mon chef d’accusation. Nous juger serait juger l’ensemble du cinéma engagé, social et humanitaire iranien ; le cinéma qui a la prétention de se placer au-delà du bien et du mal, le cinéma qui ne juge pas et qui ne se met pas au service du pouvoir et de l’argent, mais qui fait de son mieux afin de rendre une image réaliste de la société.

On m’accuse d’avoir voulu promouvoir l’esprit d’émeute et de révolte. Cependant, tout au long de ma carrière de cinéaste, j’ai toujours réclamé être un cinéaste social et non politique, avec des préoccupations sociales et non politiques. Je n’ai jamais voulu me placer en position de juge et de procureur ; je ne suis pas cinéaste pour juger mais pour faire voire ; je ne tiens pas à décider pour les autres ou leur prescrire quoi que ce soit. Permettez-moi de redire que ma prétention est de placer mon cinéma au-delà du Bien et du Mal. Ce genre d’engagement nous a souvent coûté, à mes collaborateurs et à moi-même. Nous avons été frappés par la censure, mais c’est une première que de condamner et d’emprisonner un cinéaste afin de l’empêcher de faire son film ; et il s’agit d’une première aussi que de rafler la maison dudit cinéaste et de menacer sa famille pendant son « séjour » en prison.

On m’accuse d’avoir participer aux manifestations. La présence des caméras était interdite durant ces démonstrations, mais on ne peut pas interdire aux cinéastes d’y participer. Ma responsabilité en tant que cinéaste est d’observer afin de pouvoir un jour en rendre compte.

On nous accuse d’avoir commencé le tournage sans avoir demandé l’autorisation du gouvernement. Dois-je vraiment préciser qu’il n’existe aucune loi promulguée par le parlement concernant ces autorisations. En fait, il n’existe que des circulaires interministérielles, qui changent au fur et à mesure que les vice-ministres changent.

On nous accuse d’avoir commencé le tournage sans avoir donné le scénario aux acteurs du film. Dans notre genre du cinéma, ou on travaille plutôt avec des acteurs non professionnels, c’est une manière de faire très courante pratiquée par presque tous mes collègues. Un chef d’accusation pareil me semble relevé plutôt du domaine de l’humour déplacé que du domaine juridique.

On m’accuse d’avoir signé des pétitions. J’ai en fait signé une pétition dans laquelle 37 de nos plus importants cinéastes déclaraient leur inquiétude quant à la situation du pays.  Malheureusement, au lieu d’écouter ces artistes, on les accuse de traîtrise ; et pourtant, les signataires de cette pétition sont justement ceux qui ont toujours réagi en premier aux injustices dans le monde entier. Comment voulez-vous qu’ils restent indifférents à ce qui se passe dans leur propre pays ?

On m’accuse d’avoir organisé les manifestations autour du Festival de Montréal ; cette accusation n’est basée sur aucune logique puisque, en tant que directeur du jury, je n’étais à Montréal que depuis deux heures quand les manifestations ont commencé. Ne connaissant personne dans cette ville, comment aurais-je pu organiser un tel événement ? On ne tient pas à s’en souvenir peut-être, mais durant cette période, partout dans le monde où il se passait quelque chose, nos compatriotes se rassemblaient afin d’exprimer leurs demandes.

On m’accuse d’avoir participer aux interviews avec les médias de langue persane basés à l’étranger. Je sais qu’il n’existe aucune loi interdisant un tel acte.

Deuxième partie : Ce que je dis.

L’artiste incarne l’esprit d’observation et d’analyse d’une société à laquelle il appartient. Il observe, analyse et essaie de présenter le résultat sous la forme d’une œuvre d’art. Comment
peut-on accuser et incriminer qui que se soit en raison de son esprit et de sa façon de voir les choses ? Rendre les artistes improductifs et stériles est synonyme de détruire toutes formes de pensée et de créativité. La perquisition effectuée chez moi et l’emprisonnement de mes collaborateurs et de moi-même, représentent le raid du pouvoir effectué contre tous les artistes du pays. Le message convié par cette série d’actions me paraît bien clair et bien triste : qui ne pense pas comme nous s’en repentira…

En fin de compte, j’aimerais aussi rappeler à la cour une autre ironie du sort me concernant : en fait, l’espace consacré à mes prix internationaux au musée du cinéma à Téhéran est plus grand que l’espace de ma cellule pénitentiaire. 

Quoi qu’il en soit, moi Jafar Panahi, déclare solennellement que malgré les mauvais traitements que j’ai dernièrement reçus dans mon propre pays, je suis Iranien et que je veux vivre et travailler en Iran. J’aime mon pays et j’ai déjà payé le prix de cet amour. Toutefois, j’ai une autre déclaration à ajouter à la première : mes films étant mes preuves irréfutables, je déclare croire profondément au respect des droits d’autrui, à la différence, au respect mutuel et à la tolérance. La tolérance qui m’empêche de juger et de haïr. Je ne hais personne, même pas mes interrogateurs puisque je reconnais ma responsabilité envers les générations à venir.

L’Histoire avec un grand H est bien patiente ; les petites histoires passent devant elle sans se rendre compte de leur insignifiance. Pour ma part, je m’inquiète pour ces générations à venir. Notre pays est bien vulnérable et c’est seulement l’instauration de l’état de droit pour tous, sans aucune considération ethnique, religieuse ou politique, qui peut nous préserver du danger bien réel d’un futur proche chaotique et fatal. A mon avis, la Tolérance est la seule solution réaliste et honorable à ce danger imminent.

Mes respects, Monsieur le Juge,

Jafar Panahi, cinéaste iranien

 

 

 

10 Réponses à “Plaidoyer de Jafar Panahi devant ses juges”

  1. Fayçal a écrit :

    Poignant… merci

  2. Rédoine Faïd a écrit :

    Hommage à ce blog qui a le rare mérite de briser le « silence » qui règne autour de Jafar Panahi. Se taire et ne rien faire, c’est contribuer à la disparition de l’art cinématographique dans cette partie du monde. Panahi est un artiste et un metteur en scène avant tout. Sa place n’est pas dans un box d’accusé du tribunal de Téhéran mais sur un plateau de tournage.

    PS: « Soyons réalistes et faisons l’impossible »

  3. Hüseyin l'observateur a écrit :

    Je pense que la condamnation du cinéaste Jafar Panahi est un scandale, d’abord parce que la punition impute au cinéaste n’est nullement proportionnée au délit. En fait, il s’agit d’une atteinte à la liberté d’expression du cinéma iranien. On peut critiquer un film certes, mais en punir le réalisateur est inacceptable.

  4. marie Claire Boons a écrit :

    J’adhère entièrement à chaque mot du plaidoyer de Jafar Panahi. Honte à l’état Iranien qui emprisonne ses artistes, gloire à l’artiste et à tous ses compagnons qui ont le courage de « tenir » leur pensée, nous sommes avec eux, nous voulons qu’ils sortent de prison et qu’ils continuent de créer

  5. David Robinson a écrit :

    Thank you, Serge Toubiana, for making this remarkable document available to the world at large.
    Jafar Panahi’s defence plea is a statement of the greatest courage and nobility, and a historic assertion of the artist’s duty and right in the face of oppression and injustice.
    The statement establishes Panahi as a figure of universal significance, and his present persecution a matter of universal concern. It confirms the need for every one of us to continue to press the Iranian authorities to reverse this unjust and ignoble sentence.
    Will you permit me to translate the text into English to give it the wider circulation it demands?

    David Robinson, Director, Le Giornate del Cinema Muto

  6. Serge Toubiana a écrit :

    Dear David Robinson,
    Thank you for your kind message. Of course you can translate this text in English. Hope to see you soon. Happy nwe year !

  7. Irela Núñez a écrit :

    Dear Serge Toubiana,
    Merci pour cette contribution courageuse.
    Peut-être que ma proposition est risquée, mais comme Jafar Panahi et sa collection de films ont été attaqués et peut-être dispersées ou détruites, je proposerais que la FIAF (Fédération Internationale des Archives du Film), institution que je suis depuis quelques années et qui lutte pour la préservation des films et de la mémoire cinématographique, pourrait s’exprimer à cet égard, peut-être donnant à ce cinéaste symbole le prix FIAF.
    Pour la preservation des cinéastes,
    Irela Núñez, Archivo Peruano de Imagen y Sonido

  8. manije mirdamad a écrit :

    Gracias gracias… please let the world know of the injustice inflicted to the Iranian citizens and specially our artists who are normally supported in all the
    civilized world.
    what can we do?
    who can we appeal to?
    Jaffar Panahi is one of our most respected and noble artists.

  9. Verdiales a écrit :

    Well said, Mr. Robinson. Perhaps another step is to recommend that cinemas immediately begin to schedule showings of Mr. Panahi’s work, along with distributing leaflets of this remarkable and admirable statement. Visibility, visibility!

  10. michele a écrit :

    abbasso le torture!
    viva la libertà!
    liberi tutti!
    viva la cultura!

Laissez une réponse

*