Soutien à Pierre Etaix

Yoyo

Pierre Etaix est connu du public et des cinéphiles, en France comme à l’étranger, pour avoir réalisé cinq films. Cinq films, ce n’est pas beaucoup dans une vie de cinéaste. Mais ces cinq films-là ont été marquants, nous ont fait rire et avaient du style ; ils appartiennent à la veine burlesque du cinéma, dans la tradition de Buster Keaton et de Jacques Tati. Cette espèce trop rare est en voie de disparition – hélas ! Le Soupirant (1962), Yoyo (1964), Tant qu’on a la santé (1965), Le Grand amour (1968) et Pays de cocagne (1969). Pierre Etaix a souvent travaillé avec son ami et complice Jean-Claude Carrière, lequel avait aussi travaillé aux côtés de Tati (et de Luis Bunuel, bien sûr). Pierre Etaix n’a pas fait que ces cinq films, ce qui serait déjà bien. Il a aussi réalisé des courts métrages, été le collaborateur artistique de Tati comme dessinateur et gagman, puis assistant-réalisateur sur Mon Oncle. Il a fait du cirque, du music-hall, joué et écrit pour le théâtre, fait des ouvrages à la main à partir de ses dessins humoristiques. Il a créé en 1973 l’Ecole nationale du Cirque, avec sa femme Annie Fratellini. Il est aussi l’ami fidèle de Jerry Lewis, ce qui pour moi veut dire beaucoup… Et puis, Monsieur Etaix est un homme charmant et délicat, d’une grande courtoisie. Clown timide, trop timide. Pour qu’il se mette en colère et se jette dans la bagarre, il lui en faut beaucoup. Et c’est ce qui est train de se passer…

Yoyo a été restauré il y a quelques mois grâce à la Fondation Groupama Gan pour le cinéma. François Ede, directeur de la photo et bon technicien, s’est occupé de cette restauration – c’est lui qui avait retrouvé, il y a plusieurs années, la version en couleur de Jour de fête de Tati. Restauré et flambant neuf, Yoyo avait été montré en mai à Cannes (dans la section Cannes Classics), puis début juillet à la Cinémathèque française, dans le cadre du festival Paris-Cinéma. Pierre Etaix était tout heureux, très ému de voir le public d’aujourd’hui rire et s’émouvoir en (re)découvrant son film. Mais cette résurrection de Yoyo tenait en fait du miracle. Car la situation juridique des films d’Etaix était complexe.

Pierre Etaix m’a téléphoné il y a quelques jours, sollicitant une salle de la Cinémathèque pour y donner une conférence de presse. Réponse positive immédiate : la Cinémathèque est la maison des cinéastes. Donc, ce matin, Pierre Etaix et Jean-Claude Carrière recevaient des journalistes dans le but de les informer sur une situation absurde, voire scandaleuse. Qu’en est-il ? Les 5 films réalisés par Pierre Etaix sont bloqués : aucune diffusion possible, aucune ressortie commerciale, aucune édition DVD. Une véritable chape de plomb. A cause d’un imbroglio juridique dont les conséquences sont tragi-comiques. Ce qui est en jeu dans cette affaire, c’est évidemment le droit de l’auteur : comment se fait-il qu’un cinéaste, plus de 30 ans après qu’il a réalisé ses films, ne puisse avoir accès aux négatifs dans le but de les restaurer ? Qu’est-ce qui fait qu’une société cessionnaire des droits d’auteur à titre exclusif et pour le monde entier, refuse toute initiative, ne se préoccupe pas de valoriser ces films ? Qu’est-ce qui fait que l’on puisse faire main-basse sur des films, sans se soucier de la volonté légitime d’un auteur de les faire renaître ?

Pierre Etaix se bat comme un diable, pour que son œuvre soit respectée, montrée, programmée, éditée. Comment lui donner tort ? Et pourtant, rien n’est simple. Si vous souhaitez en savoir davantage sur cette triste affaire, consultez le site internet : www.lesfilmsdetaix.fr

Si vous souhaitez rencontrer Pierre Etaix ou Jean-Claude Carrière, ou désirez des informations complémentaires, vous pouvez contacter : lesfilmsdetaix@gmail.com

Et si vous souhaitez, comme moi, signer la pétition pour aider à la ressortie des films de Pierre Etaix, allez au : www.ipetitions.com/petition/lesfilmsdetaix/index.html

Pierre Etaix

43 Réponses à “Soutien à Pierre Etaix”

  1. alain jomier a écrit :

    Merci Monieur Toubiana, au nom de celles et ceux qui défendent l’oeuvre de Pierre Etaix. Nous sommes de plus en plus nombreux à nous mobiliser pour que ce cinéma, trop oublié, retrouve sa place. Celles et ceux qui le connaissent déjà veulent le revoir; quant aux plus jeunes – c’est le plus important- ils ne doivent plus être privés du plaisir de le découvrir.

    Merci encore pour cet article et les liens que vous publiez.

  2. Michel Leveque a écrit :

    Il est non seulement important que chacun puisse avoir accès aux films
    de Pierre Etaix, mais qu’il continue à conserver la maîtrise des droits sur
    son oeuvre.

  3. Solange Lévêque a écrit :

    C’est avec conviction que je soutiens l’initiative de Monsieur Toubiana
    destinée à défendre devant les cinéphiles et les artistes les droits de Pierre Etaix sur son oeuvre,pour le plus grand bonheur de ceux qui aiment ses films.

  4. lopes curval a écrit :

    Bien sûr qu’il est important et nécessaire que PIERRE ETAIX retrouve ses droits , mais c’est tout le monde du cinéma qui doit le défendre . Où est la solidarité ? Où est la grande famille du cinéma ???

  5. JOCELYN LE CREURER a écrit :

    Je soutiens de manière inconditionnelle le travail accompli par Monsieur Pierre Etaix en cinq films originaux et magnfiques et souhaite que le ministère de culture l’aide à recouvrir ses droits moraux et patrimoniaux sur l’ensemble de sa production , en vue de la restauration de ses négatifs et de la réédition de ses films.

  6. bobbybob a écrit :

    Deux groupes ont vu le jour sur facebook et grandissent cahin caha, même si les résultats restent modestes pour l’instant.
    Gageons que, petit à petit, nous serons plus nombreux.
    Continuons et montrons les films. Projetons les copies quand c’est possible, pour diffuser encore et toujours les films, pour faire savoir qu’ils sont toujours modernes et d’actualité, et qu’il est inadmissible que, malgré la réalité du droit, on ne peut pas priver le public des oeuvres de l’esprit.

  7. KREMER gérard a écrit :

    Je soutiens vivement le fabuleux travail de Pierre Etaix. Merci M. Toubiana pour cette action. Je souhaite que Pierre Etaix retrouve ses droits sur ses propres films, ce serait la moindre des choses pour qu’il puisse faire découvrir son oeuvre aux plus jeunes qui ne connaitrons plus ce type ‘humour. Je suis quelquefois jurés de Concours de films et jamais je n’ai vu de jeunes réalisateurs proposer ce style de films, que personne ne semble savoir faire aujourd’hui ! Il faut onc sauver les films de Pierre Etaix !
    Gérard Krémer

  8. Pierre Gilbert a écrit :

    Ayant découvert les films d’Etaix avec Le Soupirant et Le Grand amour, il y a quelques années sur Arte, j’étais particulièrement impatient de voir ses films sur grand écran ou en DVD… J’apprends, par hasard et grâce à youtube, aujourd’hui 22 février, cette situation…ubuesque.
    On ne peut qu’espérer que cet imbroglio prenne fin, grâce à la mobilisation du plus grand nombre.

  9. BRAS Erica a écrit :

    Merci mille fois, Monsieur Toubiana, pour votre soutien à Pierre Etaix qui a non seulement toutes les qualités que vous lui prêtez, mais de plus la modestie et la discrétion ; peut-être est-ce la raison pour laquelle je n’ai appris que récemment l’injuste situation dans laquelle il se trouve, pour essayer de récupérer les droits de ses films (sans oublier Jean-Claude Carrière)… Ancienne acrobate ayant fait une saison au Cirque Pinder en 1971 avec le clown « YOYO », je suis vraiment très peinée de ce qui lui arrive; durant cette saison, j’ai pu apprécier non seulement les qualités précitées, mais également sa grande culture, son humour bien évidemment, et surtout sa grande générosité: créant à ce moment-là un nouveau numéro de main à main avec mon époux, Pierre Etaix, avec son grand talent de dessinateur, nous « croquait » sur un calepin en assistant à nos répétitions; un miroir vivant en quelque sorte…Merci Pierre

  10. BRAS Erica a écrit :

    Suite : N’étant pas experte en informatique et voyant que mes coordonnées restent dans les cases, j’en déduis que le destin désire que je persiste et signe au soutien de Pierre Etaix pour la récupération des droits de ses films (droits d’AUTEUR, le mot parle de lui-même!…) Honte à ceux qui cherchent à s’approprier les droits de ceux qui ont travaillé avec talent des jours, nuits, années, vie, pour enchanter un public ému positivement par ces oeuvres et hélas maintenant, ému négativement par cette lamentable histoire juridique! On lèse non seulement les auteurs mais également ce public qui attend avec impatience de pouvoir revoir ces films…

  11. Serge Toubiana a écrit :

    Chère Erica Bras, je suis entièrement d’accord avec vous. Le dossier juridique semble assez complexe, mais sur le fond, il est intolérable qu’un auteur soit à ce point lésé dans l’exercice de ses droits, qui se résument à une seule chose: pouvoir montrer ses films au public, c’est-à-dire leur redonner une chance de nous émerveiller. A suivre. S. Toubiana

  12. Brigitte RETOUT a écrit :

    Qui veut tuer la sensibilité, l’art, le génie d’un être qui donne tant aux autres ? Qui veut priver, définitivement, le public de la magie des films de Pierre Etaix ? Qui renonce à transmettre aux plus jeunes un patrimoine cinématographique ? CETTE SITUATION EST INTOLERABLE !
    Merci Monsieur Toubiana, merci Alain Jomier et merci à toutes les personnes qui se mobilisent, pour qu’un jour, espérons le plus tôt possible, nous ayons le bonheur de partager nos émotions à la projection des films de Pierre Etaix avec son ami et complice Jean-Claude Carrière.

  13. najehsouleimane a écrit :

    Je crois vraiment que c’est injuste, de priver un auteur de ses propres films; lorsque de surcroît, on ne fait rien pour les sauvegarder et pour les montrer au public. C’est intolérable, d’autant que l’on imagine aisémént la souffrance de Pierre Etaix, ce monsieur de 80 ans, démuni et désemparé, face à cet état de fait que je ne comprends pas. Pourquoi les ayants-droit achètent-ils des films pour se contenter de les enfermer dans des boîtes, pour les oublier ensuite !

  14. wagner edelman a écrit :

    Bernard EDELMAN et moi-même avons été très choqués de voir à quel point l’aide apportée aux auteurs ETAIX et CARRIERE est à la fois mal comprise et mal perçue. Nous leur avons permis l’accès aux négatifs de leurs films afin de restauration et d’exploitation, et GAVROCHE PRODUCTION, sur nos recommandations, a fait en sorte que Pierre ETAIX puisse bénéfier d’une copie du film LE SOUPIRANT pour l’inauguration d’une salle à Roanne. Nous avons également défendu leur droit d’accès en tenant compte de la situation de Pierre ETAIX et de notre amitié pour lui, c’est-à-dire sans demander d’honoraires.

    Bernard EDELMAN : En qualité d’auteur, je suis lié à Christian BOURGOIS, mon premier éditeur et ami.
    Je suis allé à la messe du souvenir durant laquelle mon autre ami Michael LEVINAS jouait de façon intense et empreinte de la plus haute amitié spirituelle.

    Je suis surpris du mauvais procès que l’on fait à Francine WAGNER EDELMAN, mon épouse depuis sept ans, qui s’est battue à mes côtés et sur mes recommandations pour libérer des auteurs de cinéma qu’elle aimait et apprécie toujours, malgré les attaques injustes et ridicules dont elle fait l’objet.

    S’ils souhaitent un accord, pourquoi pas ?
    La Fondation GAN si prête à les soutenir, ne peut-elle pas jouer son rôle ?

    La médiation serait un excellent moyen d’en finir dignement.

    Bernard et Francine EDELMAN

  15. Serge Toubiana a écrit :

    Chers Francine et Bernard Edelman,
    Vous vous posez en victimes, c’est votre droit. En attendant, ce sont les films de Pierre Etaix qui se trouvent bloqués, pour des raisons juridiques. Vous avez sûrement les moyens de débloquer cette situation, il y va aussi de votre intérêt, justement pour faire la preuve de votre attachement à l’oeuvre cinématographique de P. Etaix. Un médiateur ? Pourquoi pas ! Il en existe un, au CNC : M. Roch-Olivier Maistre, qui a toutes les qualités humaines et la neutralité nécessaire pour aider à débloquer cette situation absurde. Pourquoi ne pas faire appel à lui ?
    Cordialement, Serge Toubiana.

  16. wagner edelman a écrit :

    Cher Serge TUBIANA,

    Les « films d’ETAIX » sont bloqués par les auteurs eux-mêmes!
    Ils ont dénoncé leur contrat conclu avec GAVROCHE PRODUCTIONS juste avant qu’il ne puisse être exploité par ses soins, lui ont fait un premier procès qu’ils ont perdu en référé et ont recommencé à lui faire un procès au fond après que GAVROCHE PRODUCTIONS ait introduit une action contre la Fondation GAN.

    Nous ne sommes pas dans les litiges en cause, mais il nous semble que les procès et leur publication ne sont pas le meilleur moyen de parvenir à exploiter LES FILMS D’ETAIX!

    En outre, que la Fondation GAN fasse un travail de mécène sur un des films au mépris des droits du producteur cessionnaire – inscrit au CNC- est une première dont les répercussions sont désastreuses pour les auteurs et leur cessionnaire!

    Quant à un médiateur du CNC, les auteurs eux-mêmes ont fait intervenir en référé le CNC.
    Ils ont ensuite publié l’existence de leurs litiges dans la presse, alors que le but premier du médiateur du CNC est précisément d’éviter ce type de publicité qui nuit à tous!

    Pourtant, il y a peut être un espoir, puisque le gérant de GAVROCHE PRODUCTIONS est qualifié de « Chevalier blanc » sur le site « LES FILMS D’ETAIX » et Francine WAGNER-EDELMAN qualifiée de « Fée du droit » sur le même site.

    Dès lors, un médiateur nommé par le tribunal saisi pourrait parvenir à faire transiger les parties pour permettre aux FILMS d’ETAIX de sortir à nouveau rapidement;
    la réussite d’une médiation judiciaire dépend beaucoup de la neutralité du médiateur et de la confiance que les parties – et leurs conseils – peuvent lui faire et faire à ce type de règlement des litiges.

    Bien Cordialement à Vous.

    Francine et Bernard EDELMAN

  17. ODE Stéphane a écrit :

    Pierre je suis là, avec toi quelque part au fond de nos coeurs.
    La justice sera faite pour que ton oeuvre vive encore et toujours
    Stéphane

  18. laurent delpit a écrit :

    Je fais partie de ceux qui désirent ardemment découvrir les films, l’univers, la poésie de Pierre Etaix. Ma meilleure amie, ma grande soeur me disait il y a quelques mois (afin de peaufiner un personnage de théâtre): tu dois absolument voir les films de Pierre Etaix. Impossible. Depuis, je m’intéresse de très près à cette malheureuse affaire.
    J’ai signé la pétition et persuadé mon entourage d’en faire autant. J’aimerais publier votre article sur mon modeste blog: vous parlez de Pierre Etaix mieux que je ne saurais le faire: je cite toujours mes sources et donnerai tous les liens, votre blog etc.
    Voici donc l’adresse de mon blog : http://ohlebeaujour.blogspot.com
    MERCI pour tout ce que vous faites !

  19. Demian West a écrit :

    Bonjour,
    Qui n’aime pas Pierre Etaix ?
    Mais le procès meutier qui est fait à Maître Wagner Edelman est un bijou de désinformation qui évoque les lynchages médiatisés pour se constituer un bon bouc émissaire et forcément le plus gentil qui soit.
    Maître Wagner est coutumière de faire aux artistes des conditions si avantageuses que ceux-ci en oublient vite les facilités qu’ils ont reçues d’elle. Et je suis très peiné de voir un génie comme Pierre Etaix s’avilir dans cette démonstration de trahison envers celle qui était probablement une grande amie.
    Mais les génies ne sont pas des saints.
    Et je suis certain que Maître Wagner Edelman admire encore Pierre Etaix en dépit du retournement d’affection de cet artiste qui est certainement dans le désarroi. Ne serait-ce que par l’effet de sa conscience professionnelle si ferme et fixe qu’exemplaire.
    Si l’on allait au fond de l’affaire et que la meute se taisait un peu pour y voir plus clair dans un champ de sérénité retrouvée et plus conforme à la Justice, on verrait aussitôt qu’à vouloir trop bien faire et trop aider son client et ami, Maître Wagner Edelman s’est retrouvée en place de celle que l’on couvre à la fin de tous les défauts et manquements. Et tout pour trouver une raison à cette affaire, qui soit aisée et propice à l’expression des pulsions les plus hâtives et donc injustes.
    Au fond, l’avocat, s’il voulait aider l’artiste jusqu’au bout, devrait aussi aller jusqu’au martyr et accepter de paraître le coupable idéal de tous les errements qui s’acharnent sur un dossier…
    Il faudrait vraiment que Monsieur Etaix calme son esprit de revanche, car il se fait beaucoup de tort. Au point que, pour ma part, j’en viens à me demander s’il n’est pas l’auteur indirecte de cet imbroglio qu’il alimente de toutes les façons et par ses manifestations qui jettent de l’huile sur un feu assez sombre.
    Vous ne connaissez pas Maître Wagner Edelman qui se voue à la sauvegarde des artistes comme peu savent le faire à Paris et par-delà. Ce procès est une honte pour les artistes et pour ceux qui les défendent mal dans la précipitation et la bousculade. Car finalement, ce lynchage oppose les artistes à ceux qui les défendent vraiment : les avocats et le droit des auteurs.
    Monsieur Etaix ne m’entendra pas. Mais je parle en témoin direct de l’action et de la personne remarquable et immaculée de Francine Wagner Edelman.
    Pensez-vous vraiment qu’une avocate du droit des auteurs, et à ce premier rang où elle exerce, se complaîrait à de telles pratiques qui vont au rebours de toute sa vocation et de ses intérêts les plus précieux? C’est grande et dernière folie que de le penser et de le diffuser sur le net. C’est tout simplement de l’auto-intrigue et une errance de communication désinformatrice et finalement une grande injustice.
    Je suis client de Francine Wagner Edelman, et je témoigne qu’elle a toujours agi le plus scrupuleusement, et pendant des années, pour ne jamais s’éloigner même un peu de mes intérêts d’auteur. Et qu’effectivement, elle a une propension à offrir plus que son office l’exigerait et tout pour arranger au mieux les parties en présence et surtout pour favoriser l’auteur contrefait. Et c’est probablement cette tendance généreuse qui lui vaut aujourd’hui ces attaques inadmissibles car elles outrepassent les limites de la décence.
    Cordialement,
    Demian West, théoricien des arts.

  20. Serge Toubiana a écrit :

    J’ai hésité longtemps avant de publier sur mon blog la lettre de Francine et Bernard Edelman impliqués dans « l’affaire Pierre Etaix ». Car mon blog n’a pas vocation à devenir un prétoire, un lieu où l’on s’invective sur le plan juridique. J’ai depuis reçu un long mail de Monsieur Wagner, très factuel, une sorte de réquisitoire contre Pierre Etaix, que je ne publierai pas. C’est mon droit car, je le répète, ce blog n’a pas cette vocation. Il sert à exprimer des idées, des goûts, à informer, à échanger, tout ce que l’on voudra, mais il n’est pas destiné à se transformer en espace de plaidoirie, pour défendre tel ou tel dossier, en s’enfermant dans une logique strictement juridique.
    Le drame avec cette affaire autour des films de Pierre Etaix, c’est justement d’être devenu un « dossier ». Dans cette affaire, j’ose rappeler que la première victime est Pierre Etaix lui-même, dont les films sont devenus invisibles. Et par là même, nous : c’est-à-dire les spectateurs, les cinéphiles, les passionnés de cinéma. Les questions de droit ont évidemment leur importance, y compris dans le cinéma. Mais le droit est un recours, il ne doit pas devenir une fin en soi. De nombreux internautes ont réagi et leur sentiment est sincère : ils se demandent pour quelles raisons les films de Pierre Etaix sont empêchés dans leur diffusion. Et ils espèrent une réponse positive ! Serge Toubiana

  21. Serge Toubiana a écrit :

    Demian West, « théoricien des arts », m’abreuve de messages, tous assez délirants, dans lesquels il prend la défense, sur un ton grandiloquent, de Maître Wagner Edelman, avocate représentant la partie opposée à Pierre Etaix dans le conflit qui les oppose, et dont le parcours serait celui d’un martyr. Demian West considère que la non publication de ses messages sur mon blog, constituerait la preuve d’une volonté de ma part de le censurer. Je le rassure, je n’ai aucunement l’âme d’un censeur. Mais trop c’est trop. Aussi son message sera t-il le dernier à paraître ici, à propos de cette affaire sinistre dont la victime n’est pas Me Wagner Edelman, n’en déplaise à mon interlocuteur, mais Pierre Etaix en personne. Serge Toubiana

  22. Philippe Pauly a écrit :

    Je cite M. Edelman : « Francine WAGNER EDELMAN, mon épouse depuis sept ans, qui s’est battue à mes côtés et sur mes recommandations pour libérer des auteurs de cinéma ».
    De qui se moque-ton ? Gavroche Productions devait bien restaurer et diffuser les oeuvres de Pierre Etaix ? Elle n’en a rien fait ? Eh bien, elle n’a pas rempli son contrat, et les grandiloquences de Monsieur West n’y changeront rien. Il est temps de mettre un terme à cette histoire ridicule et qu’on rende les films à leur auteur et à nous, pauvre public !
    Philippe Pauly

  23. Serge Toubiana a écrit :

    Cher Philippe Pauly, Comme vous, je trouve triste et désolant que les films de Pierre Etaix soient pris en otage à cause de cet imbroglio juridique. Je ne veux pas personnaliser l’affaire, m’en prendre à telle ou telle personne. Ce n’est pas mon rôle, ni celui des spectateurs. Mais je sais que Pierre Etaix est très affecté du fait que ses films sont empêchés dans leur diffusion. Cela me touche, comme cela touche de nombreux cinéphiles. Pierre Etaix est un homme d’une grande sensibilité. La meilleure chose qui pourrait advenir, c’est qu’une solution, un compromis soit établi. Et que l’oeuvre soit enfin à nouveau visible. Cordialement, S.T.

  24. Nathalie Millot a écrit :

    L’aigle tournait aussi au-dessus d’eux, il allait, revenait, et ses ailes à chaque retour passaient devant le soleil, un soleil triomphant, un soleil de plein midi. Il faisait gris pourtant. Et moi je regardais tout cela sans m’étonner de rien, heureux, paisible, royalement assis, ruisselant de lumière. C’était un songe, certes. Il me semblait pourtant que de ma vie je n’avais jamais été aussi puissamment éveillé*….
    Vous êtes, Pierre Etaix, mon maître de clown et je ne le savais pas!
    Rendez-nous nos oeuvres, Rendez-nous nos films, Que justice soit faite !
    N.M.
    *Les sept plumes de l’aigle de Henri Gougaud. Ed du Seuil.

  25. BRAS Erica a écrit :

    Après 3 mois d’absence et sans internet, quelle heureuse surprise de constater que la pétition a dépassé les 10000 signatures, avec des commentaires unanimes d’admiration et de respect pour Pierre Etaix, son oeuvre et l’importance pour les auteurs en général de pouvoir conserver leurs droits! Imaginons si les médias avaient parlé + et plus tôt de cette situation…sans oublier tous ceux qui n’utilisent pas internet surtout parmi les anciens ayant eu la chance de voir ces films !…
    J’espère pouvoir convaincre, avec mes mots tout simples, car les personnes impliquées, avec leurs belles paroles ci-dessus, n’ont pas réussi à m’assurer de leur probité alors que je ne doute pas un instant de celle de Pierre Etaix (côtoyé journellement pendant 11 mois de saison de cirque, il y a bien longtemps (Pinder et Bouglione).
    Et si Gavroche Productions renonçait tout simplement à cette malheureuse signature et ne facturait QUE le travail effectué!… QUEL PANACHE !!! Mais ne suis-je pas en train de rêver ?…
    Encore Merci à vous Monsieur Toubiana

  26. Antoine Bernheim Della Torre a écrit :

    Bonsoir.
    Le débat passionnel de cette « affaire » semble dépasser le cadre du seul souci de voir diffuser les fims de Messieurs Etaix et Carrière.
    Il inspire la révolte, l’insurrection…
    Oui, la « création » n’aurait elle aujourd’hui de sens que si elle est « exploitée »?
    La « promotion » de la création artistique ne serait-elle qu’un leurre destiné à attirer un public avant tout argenté ?
    Oui ! Et cela s’accentue depuis ces vingt dernières années!
    L’ »industrie cinématographique » reste une industrie et le monde des affaires s’est depuis emparé de ce marché de « rêves »!
    Le rêve fait vendre! Vendons du rêve!
    Tous les moyens sont bons!
    Ne voit-on pas désormais des éditeurs promouvoir leur « littérature » (pardons, leur « catalogue »!) en placardant sur les murs de nos villes les jolies frimousses ou jambes de leurs écrivains sous contrat?!
    Etonnant ? Non ?
    Quant à la cession des droits patrimoniaux de l’auteur, la tendance est pour une cession « à vie »!
    L’auteur ne rencontrera plus ce genre de problème!
    Chouette!
    L’auteur gardera son droit « moral », je vous rassure!
    De la « moralité » de cette « affaire »?
    Non!
    N’en parlons pas!
    Quant à la « morale » de cette affaire?!
    NE NOUS RESIGNONS PAS!
    A bientôt dans vos locaux!

  27. Olaff Thorin a écrit :

    Liberez les films de Pierre Etaix que l’on puisse rigoler dans les chaumières

  28. Lenine Mc Donald a écrit :

    Je viens de lire le petit encart dans Charlie Hebdo de cette semaine. De l’art et la manière d’être dépossédé de son travail dans ce système qui refuse de partager. Cela me fait mal au coeur !

  29. etienne a écrit :

    Dans une critique de « Two lovers » parue dans cityvox Villefranche, j’incitais les cinéphiles à regarder « Le Grand amour » de Pierre Etaix plutôt que ce fade mélo. Dans mon incommensurable naïveté, je pensais que le film de Pierre Etaix était disponible en DVD tant il incarne la comédie à la française. Hélas! que lis-je dans la presse ? Est-ce croyable? Un marchand de soupe prive ainsi les cinéphiles de ce chef-d’oeuvre ! Inadmissible. Vite ! Que les tribunaux rendent justice non pas tant à l’auteur (encore que) mais surtout à tous les spectateurs, les cinéphiles et, au-delà, à l’histoire du 7° art.

  30. Hennequin a écrit :

    Les films de Pierre Etaix doivent vivre.

  31. Langlet Sylvie a écrit :

    Redonnez vite VIE aux films de Pierre Etaix, pour Lui et pour NOUS également
    MERCI

  32. Paul Reber a écrit :

    Un des avantages du téléchargement via Internet est d’assurer une sorte d’éternité à l’oeuvre de l’artiste. Elle existera toujours en liberté quelque part sur un pc. On comprend dès lors pourquoi cela ne plaît pas à HADOPI

  33. Serge Toubiana a écrit :

    Étrange conception de la pérennité d’une oeuvre artistique, que de croire que son téléchargement en assure la protection. Ce n’est pas ce que je crois. Et j’ignore ce qu’en pense Pierre Etaix lui-même. Ce que je sais en revanche, c’est qu’il se bat avec beaucoup d’énergie pour recouvrir ses doits d’auteur, pour restaurer ses films avec des amis et partenaires, et qu’il a le désir de les montrer sur grand écran. Cela, je le sais. Sur le téléchargement vi Internet, chacun a son idée, tout cela fait (furieusement) débat. Mais je ne crois absolument pas à l’argument de l’éternité. S.T.

  34. Laurent Girault-Conti a écrit :

    Ayant un sérieux penchant pour la rêverie, la fantaisie et la pêche aux visions, Pierre Etaix aura laissé un peu trop de vide entre le sol et ses soulèvements. Sans doute fut-il aisé alors pour les voyous et les jaloux et les gros marrants de l’estimer par en dessous pour l’attendre en ricanant à la descente…
    Et se confiant au droit qui aime la drôlerie des vivants, en s’ouvrant au monde avec des oeillères, on peut supposer une autre belle histoire, qu’on pourra lire bientôt, à nos enfants.
    Et croyez-moi, je sais de quoi je parle. J’ai la même expérience avec l’oeuvre (moins drôle et moins spectaculaire) de ma mère, Anita Conti, écrivain, photographe, océanographe. 1899-1998.
    Très très cordialement

  35. Rappeneau a écrit :

    Je viens de découvrir « le Grand Amour » avec un plaisir rare en dépit de la qualité pourtant abominable de la VHS…et j’apprends en vous lisant que le temps qui me sépare de la prochaine oeuvre d’Etaix risque d’être long et triste comme un jour sans pain.

    Etaix verra t’il une nouvelle diffusion de ses oeuvres de son vivant ?

  36. Thomas Vischer a écrit :

    c’est un scandale! je signe la pétition!

  37. Brunet Gerard a écrit :

    Je suis heureux de retrouver un artiste oublié par certains, on ne voit jamais un de ses films à la télé… Pourquoi ?
    Je le soutiens et je signe sa pétition.

  38. J-P ABEL a écrit :

    J’ai signé et fait signer la pétition et j’aimerais savoir comment prendre connaissance du résultat de l’audience de vendredi dernier 15 Mai.
    Merci d’avance.

  39. Serge Toubiana a écrit :

    Le jugement en référé sera rendu le 26 juin 2009. Je n’en sais pas plus. S.T.

  40. Pascal Bouton a écrit :

    Le jugement est rendu : je vais enfin revoir « Yoyo », découvert il y a bien longtemps, mais dont je garde un doux souvenir. Je pourrais bientôt le faire voir à mes enfants qui, je le pense, le recevront avec la même tendresse. Dire qu’il faut parfois recourrir aux juges pour connaître la tendresse!

  41. ETAIX Emmanuel a écrit :

    Un film existe pour être vu par le plus grand nombre. Malheureusement, dans cette période de l’histoire humaine, le commerce domine, et seuls les intérêts économiques maîtrisent le marché. Heureusement d’irrésistibles gaulois résistent. Merci.

  42. Pieric a écrit :

    Pierre ÉTAIX sera au théâtre du Pont Tournant, Bacalan (Bordeaux), les 22, 23, 24 janvier 2010 dans « MIOUSIK PAPILLON », de et avec Pierre Étaix, mais aussi avec Hadrien Trigance (mime), Odile Étaix (chant), Patrice Authier (piano), Pierre Maingourd (contrebasse), Marc Étaix (batterie).
    Yoyo en chair et en os en attendant de le revoir sur grand écran….
    Qu’on se le dise ! Merci mr Toubiana.

  43. Gérard Probert a écrit :

    J’ai soutenue avec force l’action menée, pour la remise en scène des films de Pierre Etaix et je suis très heureux d’aller vendredi soir admirer « Yoyo »… que du bonheur. Une belle soirée en perspective au cinéma Yves Montand de Livry-Gargan. Merci pour le travail effectué, Mr Toubiana. Bien cinématographiquement vôtre.

Laissez une réponse