Archives de catégorie : Films vus

Filmes que nos inspiraram

Movies that inspired us.

Sherlock Jr de Buster Keaton

“De certa forma as amigas foram atrás do rasto, das pistas deixadas pela amiga que se perdeu…”

« In a way, the friends went after the trail, the clues left by the friend who got lost…”

Joana Jordão

 

Rentrée des Classes de Jacques Rozier

“Tal como o rapaz que observa as árvores, a menina perdida observa as árvores, a natureza…”

“Like the boy who watches the trees, the lost girl watches the trees, the nature…”

Gonçalo Nunes e Joana Jordão

 

Nostalgia de Andrei Tarskvky

“O senhor não desistia de percorrer o caminho todo com a vela acesa, tal como as duas amigas também não desistiram de procurar a amiga”.

“The man didn’t give up on going all the way with the candle lit, just as the two friends didn’t give up looking for their friend either.”

Carolina Santos

 

Vou para Casa/Je Rentre à la Maison de Manoel de Oliveira

“Associei a solidão do avô à solidão da menina perdida”

“I correlated the grandfather’s loneliness to the loneliness of the lost girl”

Maria Pinheiro

 

O Pão e a Rua/The bread and alley de Abbas Kiarostami

“Mostrou a evolução da relação deles, do estado de espírito da personagem. De início o rapaz estava com medo, mas depois foi ganhando confiança.

No filme, a menina perdida, tal como no Pão e a Rua, vai ganhando confiança à medida que o tempo passa e ela fica sozinha.”

“It showed the evolution of their relationship, the character’s state of mind. At first the boy was scared, but then he gained confidence.

In the film, the lost girl, as in The bread and Alley, gains confidence as time goes by and she is left alone.”

Gonçalo Marques

Catégorie : Divers, En classe, Films vus | Laisser un commentaire

Segundo Exercício: Filmar a mesma acção/situação de 2 maneiras diferentes

2e exercice Filmer la même action / situation de 2 manières différentes

Beatriz Estrelo

Beatriz Evaristo e Liliana Mestre

Beatriz Mestre

Marta Barrocas

Daniela Dias e Debora Ramos

Jim Jarmusch – Stranger Than Paradise

Catégorie : Divers, En classe, Exercice 2, Films vus | Laisser un commentaire

Sessões de oficina durante o confinamento – Visionamento de excertos e pinturas

 

Johannes Vermeer  – Lezend meisje bij het venster / Rapariga a ler uma carta à janela

Lumière – Laveuses sur la rivière

Catégorie : Divers, En classe, Films vus | Laisser un commentaire

Visualização do filme Rafa, de João Salaviza, em aula

 

Apreciei muito ter visto uma reviravolta na vida de uma pessoa tão nova, que tem que tomar uma postura adulta devido à má situação em que se encontra. Gostei da forma como foi representado, de forma natural, curto, rápido mas direto, e adorei a atuação do Rafael. Foi uma ótima reflexão ter visto este filme

I really appreciated seeing a turning point in the life of a person so young, that he has to take an adult stance due to the bad situation in which he finds himself. I liked the way it was represented, naturally, short, fast but direct, and I loved Rafael’s performance. It was a great reflection to have seen this film.

Alexandre Batista

Catégorie : En classe, Films vus | Laisser un commentaire

Ecole Gabriel Péri : extraits vus pour le film-essai (3).

Dans Il était une fois en Amérique, on retrouve à nouveau un homme qui revient sur les lieux de sa jeunesse. Il retrouve intact, dans un recoin, le trou dans le mur par lequel il observait jadis une jeune fille désirée.

La mise en scène de Sergio Leone construit le passage du présent au passé par un double mouvement de caméra : le premier pour cadrer plus serré le regard du personnage âgé et le second en symétrie inverse pour révéler au spectateur le personnage dans sa jeunesse.

 

 

 

Catégorie : Film-essai, Films vus | Laisser un commentaire

Ecole Gabriel Péri: extraits vus pour le film-essai (2).

Pour enrichir notre réflexion, nous observé parmi les extraits proposés, ceux qui proposaient la situation où un personnage revient dans un lieu qui évoque pour lui le souvenir très fort de ce qu’il y a vécu dans sa jeunesse.

Dans Obsession, un homme revient dans une église. Il vit alors une émotion si forte, qu’il pense y retrouver la femme dont il était amoureux. Le spectateur vit à ses côtés cette émotion par un jeu entre des plans de plus en plus serrés sur le regard de l’homme et la vision subjective de l’objet de son désir. Il y a au plus fort de l’émotion un mouvement conjoint vers les yeux de l’homme et vers la femme qu’il pense retrouver.

 

 

 

 

Catégorie : Film-essai, Films vus | Laisser un commentaire

Ecole Gabriel Péri : extraits vus pour la préparation du film-essai (1).

Nous avons visionné plusieurs extraits de films pour observer comment des réalisateurs avaient mis en scène l’idée du souvenir d’un personnage.

Dans Coeur Fidèle, le souvenir de la femme désirée et absente envahit le réel de l’homme amoureux. Son image venue du passé se surimpose au moment présent.

Dans les Fraises Sauvages, un homme âgé revient sur les lieux de sa jeunesse et retrouve son passé et les émotions d’un émoi amoureux. Le moment de connexion avec ses émotions et souligné par un mouvement de caméra qui rapproche le spectateur de  son visage et de son regard. Le passage vers le passé se fait par des plans sur la nature : nuages, feuillage des arbres et fraisiers sauvages.

 

 

 

 

 

Catégorie : Film-essai, Films vus | Laisser un commentaire

Ecole Gabriel Péri : exercices

Avant de poursuivre les captations de moments de l’école, nous avons vu en classe deux extraits de films, l’Echange de C.Eastwood et Il était une fois dans l’Ouest de S.Leone.

Pour chacun de ces extraits, nous avons observé comment les deux réalisateurs par instant étiraient le temps de manière à ce que la séquence dure à l’écran plus longtemps que ce qu’elle ne le ferait objectivement dans la réalité.

Dans la séquence d’introduction de Il était une fois dans l’Ouest, on voit l’arrivée de trois hommes dans une gare. Il attendent le train et tuent le temps chacun à sa manière. Un plan d’ensemble les réunit, puis on passe à un découpage qui va de l’un à l’autre des trois personnages qui se sont séparés dans la gare : l’un sous le château d’eau, le second vers l’abreuvoir des chevaux et le troisième sur un rocking-chair à côté du télégraphe.

Les actions qui devraient se dérouler dans la réalité en simultané sont montrées successivement dans un montage linéaire au spectateur. Le temps est ainsi dilaté et laisse la place à l’expression des caractères des trois bandits.

 

 

Après avoir filmé plusieurs situations en plans séquence, nous avons décidé de capter un nouveau moment de la classe, un travail écrit de contrôle, en cherchant nous aussi à étirer le temps.

Nous avons donc filmé un plan d’ensemble de la classe puis une série de plans décrochés de différents élèves à leur bureau destinés à être raccordés par la suite au montage : l’un qui taille son crayon, un autre qui noue une tresse dans ses cheveux ou qui regarde à l’extérieur par la fenêtre.

Au montage, nous avons essayé de rendre compte des rythmes différents observés entre les élèves qui réussissent et ceux qui au contraire doutent, gambergent, sèchent ou rêvent d’être ailleurs pendant le travail écrit alors que le temps est compté.

 

 

 

 

 

 

Catégorie : Exercices, Films vus | Laisser un commentaire

Mirando fragmentos y ejercicios

Tras dos semanas de lluvias que nos impidieron llegar a la escuela en los días de taller, el viernes 16 de Abril pudimos nuevamente reencontrarnos en Santo Domingo.

Après deux semaines de pluie qui nous ont empêché d’aller à l’école les journées d’atelier, le vendredi 16 avril, nous avons pu nous rencontrer à Santo Domingo.

After two weeks of rains that prevented reaching the school on workshop days, on Friday April 16 we were able to meet us again in Santo Domingo.

Dedicamos la jornada a compartir distintos materiales cinematográficos. Miramos nuestros propios ejercicios rodados en el marco del taller y fragmentos de otras películas. Fue particularmente nutritivo explorar los modos en que el director Victor Erice describe el paso del tiempo en “El sur”.

Nous avons consacré la journée au partage de différents matériaux cinématographiques. Nous avons regardé nos propres exercices tournés dans l’atelier et des extraits d’autres films. Il était particulièrement encourageant d’explorer la manière dont le réalisateur Victor Erice décrit le passage du temps dans «Le sud».

We dedicated the day to sharing different cinematographic materials. We watch our own exercises shot in the workshop and clips from other films. It was particularly interesting to explore the ways in which director Victor Erice describes the passage of time in « The South. » 

 

Miramos también un fragmento de “Ser y Tener”, de Nicolas Philibert, encontrando muchos puntos de contacto entre aquella escuela y la nuestra. El fragmento fue enriquecedor para pensar el cine como un medio para registrar la vida a través de la observación. Hacia el final de la jornada conversamos sobre el ejercicio final, lo que será el foco de nuestro próximo encuentro.

Nous avons regardé également un extrait de «Etre et Avoir», de Nicolas Philibert, trouvant de nombreux points de contact entre cette école et la nôtre. L’extrait était enrichissant pour penser le cinéma comme un moyen d’enregistrer la vie par l’observation. Vers la fin de la journée, nous avons parlé de l’exercice final, qui sera l’objet de notre prochaine réunion.

We also look at a fragment of “Ser y Tener”, by Nicolas Philibert, finding many points of contact between that school and ours. The fragment was enriching to think of cinema as a means to record life through observation. Towards the end of the day we talked about the final exercise, which will be the focus of our next meeting.

 

¡Saludos desde Santo Domingo! /Salutations de Santo Domingo! / Greetings from Santo Domingo!

Catégorie : Divers, En classe, Films vus | Laisser un commentaire

Sobre excerto de El sur (Erice)

Ela cresce na estrada, dá a sensação que cresceu sempre a fazer o mesmo: a andar de bicicleta por aqueles caminhos.

Gostei das linhas brancas nas árvores, do cão que cresceu e da estrada coberta de folhas. Se tivesse mudado apenas a atriz e a personagem aparecesse mais velha sem mais nada ter mudado era estranho, pois como é que o tempo podia ter passado sem nada ter mudado?


She grows up on the road, gives the feeling that she has always grown up doing the same thing: riding her bike along those paths.

I liked the white lines on the trees, the dog that grew up and the leafy road. If only the actress had changed and the character had appeared older without anything having changed, it was strange, because how could the time have passed without having changed?

Catégorie : En classe, Films vus | Laisser un commentaire