Archives de l’auteur : Ecole Chaptal

Elf Danse

Et nous sommes heureux de vous présenter notre exercice 3,

vous aviez déjà découvert la démarche dans l’article : « La valse des fantômes ! »

Voici la vidéo,

A très bientôt.

 

Laisser un commentaire

Une journée inoubliable

La Cinémathèque : le temple du Cinéma

Une journée inoubliable…

Le jeudi 23 janvier, nous nous sommes rendus à la Cinémathèque afin de visionner trois courts- métrages et de visiter le musée.

Mme Isabelle Bourdon nous a accueillis dans la salle de projection, nous avons rencontré une classe du collège Thomas Mann, les élèves étaient de diverses origines et parlaient des langues différentes. C’était génial de pouvoir échanger !

 

Nous avons regardé le premier film« Rentrée des classes » de Jacques Rozier.Laurence nous en avait déjà présenté un extrait en classe. C’était très différent de découvrir le film dans son intègralité.

Le son est très travaillé, il y a une musique d’opéra mais également le bruit de la rivière, le chant des cigales et des oiseaux. Nous avions vraiment l’impression d’être dans le cours d’eau comme le petit garçon avec la sensation de la fraîcheur de l’eau et de la chaleur extérieure.On voyait ce que voyait le personnage : vision subjective. Nous ressentions l’effort, la joie, le sentiment d’ivresse et de liberté de l’enfant. Nous avons remarqué qu’à la fin, le noir se faisait petit à petit sur l’écran ( fondu au noir) afin que nous puissions sortir « sur la pointe des pieds » du film.

Nous avons eu beaucoup de sensations ambivalentes lors dela projection du deuxième film sur le thème du cirque : « Notes on the Circus »de Jonas Mekas. Nous avions l’impression que la personne qui filmait se trouvait également sur un trapèze ! Les images : acrobates, jongleurs, animaux défilaient très vite. Cela donnait le tournis et pour certains la boule au ventre et même mal à la tête ! Il y avait beaucoup de fondus enchaînés, de surimpressions et de flous.

Nous avons appris que Jonas Mekas ne voulait pas que le souvenir de son pays disparaisse, il souhaitait s’en souvenir et garder une trace. C’est un cinéaste très engagé physiquement qui suit son instinct.

Le troisième film « Petite lumière » de Alain Gomis était très différent. C’est l’histoire d’une petite fille sénégalaise qui découvre le monde. Elle touche, regarde, entend. Elle fait plusieurs expériences. Elle veut sentir le monde avant de le comprendre. À partir de l’expérience des sens, elle le recompose. Là encore, nous avons ressenti un sentiment de liberté.

C’était une matinée magique et nous avons eu en plus la chance de rencontrer le grand cinéaste Monsieur Costa Gavras, président de la Cinémathèque !

L’après midi, notre guide nous a fait visiter le musée. Elle nous a fait découvrir l’histoire du Cinéma avec des objets extraordinaires comme le zootrope, le thaumatrope, la lanterne magique…

Mais aussi des personnages célèbres : Edison, Méliès…

Nous avons adoré le court-métrage : l’Arroseur arrosé des frères Lumière ! C’est un des premiers films de l’histoire du cinéma !

Cette journée était juste extraordinaire ! Nous avons enrichi nos connaissances sur le 7ème Art et nous avons vraiment hâte de réaliser Notre film!

Catégorie : Films vus | Un commentaire

Troisième exercice

Troisième exercice

La valse des fantômes

Pour ce dernier exercice, Laurence nous a fait écouter une musique en classe: Elf dance de Sakamato Hiromichi. Nous avons exprimé nos sensations. Cela nous faisait penser : au sifflement du vent, à une maison hantée, un village abandonné, un hôpital psychiatrique, un lieu isolé et surtout des fantômes !

 Nous avions une sensation de peur et des frissons. C’était vraiment étrange et angoissant. Le rythme de la musique était celui d’une valse.

Nous avons alors essayé de trouver un endroit à l’école pour pouvoir filmer, sachant que tous les élèves de la classe devaient participer. La maîtresse nous a fait plusieurs propositions. La cave aurait été parfaite mais il y avait un problème de sécurité. Le préau, lui, avait un décor trop joyeux… Euréka ! Elle a pensé au puits de lumière. C’est une petite cour avec un arbre mort tout décharné.  Pleine de détritus et laissée un peu à l’abandon, elle est située près du réfectoire.

 Le lieu idéal pour tourner notre film d’épouvante ! 

Nous voulions retrouver dans notre film le rythme de la valse avec beaucoup de mouvement et donner une sensation de tournis. Nous avons pensé que ce serait bien que l’élève qui filme tourne sur lui même.

                                               

                                                      Quelques carnets de cinéma

     

La maîtresse nous a maquillés en blanc, avec pour certains des cernes noirs et a distribué des capes noires à quelques élèves. Nous étions vraiment livides et horribles !

                                    

Nous sommes descendus dans le puits de lumière et avons formé une ronde. Hannah s’est placée au centre du cercle avec Laurence et a tourné sur elle-même pour nous filmer. Nous étions un peu serrés, il était difficile de se déplacer dans ce petit espace parfois boueux et d’éviter quelques vers de terre.

Nous avons ensuite tourné  autour de l’arbre en essayant de reproduire le rythme de la valse. Exercice un peu compliqué compte tenu de nos différences de tailles.  Cette fois-ci, notre camarade qui filmait devait rester immobile.

Nous avons alors décidé de constituer deux groupes, les plus petits et les plus grands. Il fallait défiler très vite devant la caméra, dans un sens et dans l’autre, notre cameraman devait faire un gros plan sur nos visages.

Ensuite, nous devions repasser en touchant l’arbre avec des expressions terrifiantes ! C’était un plan américain.

 Bartmomiej a filmé le ciel et les branches supérieures de l’arbre en contre plongée. Il est ensuite monté avec Clélie, Margot et Maximilien pour nous filmer en plongée têtes baissées puis têtes relevées.

Au cours de ce troisième exercice, plusieurs élèves se sont relayés à la caméra, au son et à la perche.

Pour le montage avec Laurence, nous aimerions  beaucoup que notre film soit en noir et blanc, qu’il y ait des fondus enchaînés, des surimpressions d’ images et pour terminer en beauté un fondu en noir.

N’hésitez pas à écouter cette musique et à exprimer vos propres sensations …

Catégorie : Exercice 3 | Marqué avec | Laisser un commentaire

deuxième exercice

Deuxième exercice

« Quand j’arrive en retard le matin à l’école, je suis stressée, mon coeur bat très fort. »Lilija

1. Tournage du film

Nous étions huit élèves à avoir participé à ce tournage: Anna, Karl, Pauline, Mathilde, Melvil, Camille, Lilija et Halimatou.


Nous sommes sortis de l’école avec Laurence et notre maîtresse. Lilija s’est placée à l’angle de la rue Chaptal afin de commencer sa course.Le premier plan était un plan en pied avec un cadre large. C’était Melvil qui filmait. Lilija devait avoir l’air très essoufflée, fatiguée, triste avec son cartable à moitié ouvert. Il a fallu faire plusieurs prises.


Pour le deuxième plan, nous devions nous mettre à la place du personnage pour la vision subjective.
Karl, Halimatou, Pauline, Anna et Laurence ont couru tous ensemble,ces deux dernières tenaient la caméra en faisant très attention. Karl et Halimatou portaient les casques et contrôlaient le son Là encore, plusieurs prises ont été nécessaires!

Le cinéma, ça ne se fait pas en un claquement de doigts, comme le dit souvent Melvil !!!!!!!!

Afin de faire un gros plan sur les pieds de Lilija, avec ses lacets défaits, Camille a dirigé la caméra vers le sol et a couru à pas chassés. Pauline a également tenté sa chance en filmant en plongée…Ce n’était pas facile ! Pour le gros plan sur la sonnette de l’école avec un cadre serré, Karl et Halimatou étaient nos cameramen.


Afin de filmer le dernier gros plan de Lilija qui parlait dans l’interphone, nous avions utilisé une pipette avec de l’eau pour lui déposer quelques gouttes sur son visage afin de simuler des larmes.


La maîtresse s’était placée dans la loge pour lui répondre. Elle jouait le rôle de la gardienne qui la grondait et lui disait de se dépêcher parce qu’elle était très en retard…

2. Dérushage.

Lors de la séance suivante, c’était génial de découvrir tous les rushes ! Ils n’avaient pas été triés, ni sélectionnés. Nous avions défini 5 séquences, chacune avait un titre. Il y avait différents clips. Ce n’était pas facile de choisir…Nous avons voté à chaque fois.
1. le premier plan, découverte de Lilija qui court
2. vision subjective
3. gros plan des pieds de Lilija
4. gros plan sonnette
5. Lilija qui sonne

3. Bruitages

Nous avons enfin découvert les sons que nous avions enregistrés pour reproduire les battements du coeur et la course de Lilija. Clélie avait apporté un métronome et un réveil. Gabrielle, un micro amplificateur. C’était vraiment impressionnant !

Catégorie : Exercice 2 | Laisser un commentaire

Stress avant l’école…

« Quand j’arrive en retard le matin à l’école, je suis stressée, mon coeur bat très fort. »Lilija

Chut ! Ecoutez bien !
Pour ce deuxième exercice, nous avons enregistré des sons pour imiter les battements du coeur.Notre professeur de musique, Philippe, nous a prêté un tambour, un élève a rapporté un stethoscope, Halimatou et Camille ont monté et descendu les escaliers afin d’être essouflés et de pouvoir enregistrer.

Pour le bruit des pas, Maximilien et Mathilde ont couru sur place.
Anna a respiré de façon très saccadée.

Malheureusement, nous avons été obligés de tout recommencer car notre enregistreur n’avait pas fonctionné!

Laurence nous a expliqué ce qu’était un story board. C’est comme une bande dessinée qui permet de prévoir sur plusieurs vignettes avec des croquis, les différents plans et les actions successives de notre film.

Nous avons découvert les valeurs de plans :

Plan en pied – Plan américain ou plan moyen – Plan rapproché – Gros plan – Très gros plan – Plan en plongée – Plan en contre plongée – Plan subjectif (ce que voit la personne dans le film. On remplace l’acteur par la caméra mais on va faire la même action).

Nous avons également compris qu’on peut utiliser différents cadres Et parfois prévoir une entrée de champ.

                             

Mathile et Anna courent pour le bruit des pas.

                    

Walter et Isaac simulent les battements du coeur au tambour, Lucas utilise un stethoscope;

A très bientôt! Vous pourrez découvrir les photos du tournage…

Catégorie : Exercice 2 | Laisser un commentaire

Le carnet de bord des Petits Parisiens

  •                             
Catégorie : Divers, En classe | Laisser un commentaire

Premier exercice des CM2 de l’école Chaptal

Silence! On tourne!

Cette année, le thème choisi par la Cinémathèque est »La sensation au cinéma ».
Lors de notre première rencontre, Laurence, notre cinéaste nous a demandé ce que signifiait pour nous le mot »sensation ».
Il ne faut pas confondre sentiment et sensation. La sensation vient de notre corps qui nous envoie des indices.
Nous avons ensuite regardé deux extraits de films mais il y avait trop de lumière dans notre classe, notre maîtresse a résolu le problème en achetant et en installant des rideaux noirs occultants.Nous avons maintenant vraiment la sensation d’être dans une salle de cinéma! Puis, chaque élève devait écrire une de ses sensations: au réveil, sur le chemin de l’école, à l’école ou au coucher. Nous avons choisi le texte de Bartlomiej:
« Le matin, quand je me lève, je ressens des picotements dans le bas du dos ».
Tous ensemble, nous avons proposé des idées pour notre exercice de tourner-monter.
Nous avons décidé de réaliser un théâtre d’ombres pour la première séquence.

Pour le premier plan, un enfant est allongé sur un matelas sa tête posée sur un oreiller, un doudou dans les bras.

L’enfant ensuite se redresse douloureusement, joue avec son doudou, se lève en mettant ses mains sur le bas du dos, marche difficilement et sort du cadre.
Nous avions besoin d’un drap, d’un projecteur, d’un matelas, d’un oreiller et d’un doudou. Laurence a rapporté un drap, nous avions un projecteur, pour le reste, nous avons fait avec les moyens du bord. Une table de la classe, un cartable pour l’oreiller, une poupée. Aya et Penda tenaient le drap. C’était très fatigant! Karl et Maximilien les ont relayées mais c’était toujours aussi pénible! Nicolas, notre professeur de sport nous a prêté deux poteaux afin que le drap puisse être tendu correctement. C’était parfait! Plusieurs élèves filles et garçons ont essayé de jouer le rôle de l’enfant, c’est finalement Hannah qui a été choisie. On discernait mieux sa silhouette. Des élèves ont rapporté pour la séance suivante le matériel nécessaire et les maîtresses de Maternelles nous ont fourni un petit matelas. Une vraie petite chambre d’enfant!

Prêts à tourner? On tourne! Coupez!

Pour notre deuxième séquence »la séquence rouge », nous voulions essayer d’exprimer la sensation de picotements, nous avons pensé à utiliser des gommettes rouges, des cure-dents coloriés en rouge et également des crayons usagés que nous avons décidé de casser pour reproduire le craquement ressenti dans le bas du dos. Nous avons placé une grande affiche rouge face à la caméra pour faire un gros plan et Clélie a lu d’une façon très expressive la phrase correspondant à la sensation de Bartlomiej. Nous avons tout installé et cette fois-ci, c’est Lucas qui jouait le rôle de l’enfant.
Bartlomiej et Mado ont collé les gommettes sur son dos, Aya et Penda ont fait semblant de le piquer avec les cure-dents.
Halimatou, Lilija et Fatoumata ont cassé les crayons, Mado était l’assistante du jour! Walter tenait la perche, Camille et Pauline portaient les casques et étaient responsables du son. Laurence filmait. Pour transmettre la sensation de douleur, nous avons pris la décision de zoomer sur les gommettes pour donner une impression de flou.
Après avoir voté, nous avons choisi le titre de ce premier exercice:

« La souffrance de l’aube »

 

        

Catégorie : En classe, Exercice 1 | Laisser un commentaire

CM2 CHAPTAL

 

 

 

 

Bonjour c’est nous les petits Parisiens !

Nous sommes les élèves de CM2 de l’école Chaptal située en plein cœur de Paris dans le 9ème arrondissement, tout près du magnifique Moulin Rouge, de la Butte Montmartre et du Sacré-Coeur.

Nous avons entre dix et onze ans et dans notre classe, il y a 14 filles et 8 garçons.

Nous sommes très heureux de participer à ce superbe projet et de découvrir la magie du cinéma grâce à la Cinémathèque. C’est vraiment une chance de pouvoir vivre cet atelier avec notre maîtresse Mme Brigitte Cheilan et notre cinéaste Mme Laurence Garret!

Nous avons hâte de partager cette belle aventure avec vous…tous!

Alors, à très bientôt sur le blog…

 

Catégorie : Présentations des ateliers | Laisser un commentaire