Archives de l’auteur : Collège Barbara

La cinémathèque de Paris

Le mercredi 5 férvier 2020,  nous nous sommes rendus à la cinémathèque de Paris. Nous avons pris le métro: la ligne 13 suivi de la ligne 14. éQu’est-ce que ça sent mauvais le métro? ça a une odeur de toilettes.  »

Les élèves étaient enchantés de voir les autres classes du projet, de voir des extraits de film sur grand-écran et d’être ensemble. Comment les sens nous permettent-ils de découvrir le monde? Où est-ce qu’on met la caméra pour ressentir les choses?

N’ Sama dira: « J’aime bien les films en gris et blanc. »

Laisser un commentaire

Silence, ça tourne

Maintenant que nous avons repéré les lieux et le cadrage, on tourne.

« C

e n’est pas si évident que ça de jouer la comédie pour créer l’illusion que c’est vrai.  »

 

Laisser un commentaire

Repérage des lieux pour les différents tournages

Avant de tourner, il fallait repérer les lieux et surtout réfléchir à la façon dont on allait placer la caméra. En fonction de son emplacement, l’effet produit n’est pas le même/

  • Anas se fait interviewer et explique les sensations qu’il peut sentir car il souffre ostéogenèse imparfaite, ou maladie des os de verre. Maxime souhaitait lui poser des questions.

 

 

  • Ilyès voulait raconter comment le temps passait très vite lorsque l’on se couchait et que l’on se réveillait avec cette sensation de n’avoir dormi qu’une minute.

  • Ibrahim voulait montrer comment parfois la gestion de la colère était difficile. Cette manifestation pouvait se traduire par un coup de poing sec dans un casier.

Laisser un commentaire

On tourne

On utilise enfin le matériel de cinéma. Les images fixes nous ont aidés à imaginer comment on pourrait utiliser le matériel de cinéma. Barbara, nous montre comment utiliser la perche et nous apprend le vocabulaire technique.

Il faut avoir de la force dans les bras, c’est physique de porter la perche.

 

Laisser un commentaire

La salle des professeur.e.s

Nous avons continué à imaginer ce scénario. Si nous étions enfermés, que ressentirions-nous? LA FAIM et LA SOIF. Direction la salle des professeur.e.s. On s’installe, on découvre des fauteuils confortables où l’on peut s’asseoir, se reposer et prendre le temps de réfléchir.

On peut se désaltérer au robinet.

Si nous étions enfermés, nous aurions envie de dormir car la fatigue nous gagnerait.

 

Laisser un commentaire

Le laboratoire de technologie: objets divers et variés

Dans cette découverte collège, nous sommes allés dans le laboratoire de technologie.

En effet, si nous étions enfermé.e.s nous aurions envie de découvrir les moindres recoins du collège.

Dans le laboratoire, on y trouve des câbles de toutes les couleurs, des objets étranges, un masque blanc qui contraste avec les couleurs vives. Ce sont des objets placés pêle-mêle sûrement pour faire des expériences.

 

Laisser un commentaire

Découverte du garage du collège

Nous avons poursuivi la découverte du collège. Ici, c’est le garage: un lieu illuminé d’une lumière blafarde, certains coins sont sombres. Des voitures passent rayonnants de leurs feux rouges et apportant la lumière du jour.

 

Laisser un commentaire

Que se passerait-il si nous étions enfermé.e.s dans le collège seul.e.s ?

Sahabi qui a une imagination débordante s’est imagé ce qui pourrait se passer si nous étions enfermé.e.s dans le collège. D’abord, on s’est littéralement imaginé l’enfermement. Une sensation physique, presque désagréable. Cette volonté de sortir mais cette impuissance à pouvoir le faire. Quelles sont les différentes sensations qui peuvent rendre l’enfermement palpable, physique: un écrasement de joue, une foule de camarade les uns sur les autres, donner l’impression d’être emprisonné.e.s, …

Laisser un commentaire

Des sensations dans les films

Nous avons visionné plusieurs extraits de films.

The tree of life

Selon Adama, « on voit que l’enfant apprend à marcher, à parler au même rythme que la Nature. » « On filme la Nature comme il grandit ».  » On voit comment il grandit et ce qu’il fait à travers ses yeux. »

Selon N’Sama, « on comprend l’histoire même si l’on n’entend que des chuchotements.

 

Chat écoutant de la musique, Chris Marker, 1990, France.

D’après Shelsea  » le chat est reposant. Il se prélasse tout en écoutant de la musique. Cela fait du bien à regarder car c’est une ambiance détendue. »

Selon Nouriment, « On perçoit le son parce que ça clignote. »

N’ Sama: « Le chat joue du piano »

Makala, Emmanuel Gras, 2016, France.

D’après Lyvan, « Le monsieur est essoufflé parce qu’il a soif, il a chaud et qu’il porte une charge très lourde. »On voit qu’il est fatigué à cause de sa transpiration, de sa douleur physique au bras.

Selon Nourimen, « c’est triste à regarder comme si on était à vôté et on le regarde faire sans l’aider.

Kélyssa poursuit: « Quelqu’un qui est en détresse et qu’on n’aide pas, ça ne se fait pas. »

 

 

Catégorie : En classe | Laisser un commentaire

Le parc: entre mouvements et immobilité

Pour découvrir nos sensations, Barbara et Mme Guichebaron nous ont emmenés au parc qui se situe près de notre collège. Ce jour-là, il faisait légèrement froid, la fatigue commençait à nous endormir. A peine sommes nous rentrés dans ce parc, que nous nous sommes précipités pour ces jeux d’enfants. Faire de la balançoire, courir, grimper surs les surfaces métalliques glacées. Sentir la chaleur monter petit à petit. Souffler d’épuisement et de contentement. Contempler la beauté des feuilles flamboyantes. Attendre son tour pour s’amuser.

Laisser un commentaire