Archives mensuelles : janvier 2019

Exercice 1 – école Eugénie Cotton

Nous avons démarré les ateliers avec nos élèves de CP en octobre par l’exercice 1. Nous les avons guidés pour qu’ils imaginent, et racontent une histoire à partir d’un tableau choisi parmi cinq que nous leur avions proposés. La piscine a eu beaucoup de succès auprès des petits, ainsi que Les enfants devant la palissade, et Les randonneurs. Nous avons donc finalement travaillé à partir de ces trois tableaux.

Le retour de Léonore après les deux premiers ateliers, est à l’image du ressenti de la classe : « Moi, je n’ai pas beaucoup aimé les tableaux, je n’aimais pas les couleurs à part le bleu de la piscine et des fois des couleurs vives, et je n’aimais pas les paysages non plus, je les ai trouvé moches… ». L’exercice leur a plu, mais les enfants ont été peu sensibles aux oeuvres proposées.

Les élèves ont raconté une petite histoire sur l’un des tableaux, dans laquelle il s’identifiait le plus souvent à l’un des personnages : ils commençaient la plupart du temps par « Je m’appelle » en inventant un prénom, puis ils imaginaient ce que ressentait le personnage, ou ce qu’il était en train de faire.

Voici quelques extraits bruts, retranscrits :

La piscine

Erwann : « Je m’appelle Thomas, je nage, mon maitre me regarde pendant que je nage, bientôt je serai le nouveau professeur de tous les enfants du monde, le nouveau maître nageur.

Sarah : « Je ne suis pas très content, parce que je lui ai dit de sortir de la piscine, et il ne m’écoute pas »

Léonore : « Je regarde la scène, c’est très étrange, on lui dit de sortir de la piscine pour faire une roulade en tombant dans l’eau, il sort pas, c’est très bizarre… »

Mohamed « Je suis à la piscine, je suis dans l’eau, le maitre nageur me regarde, bientôt, je vais savoir nager très bien.

Antoine : « Le bonhomme regarde la fille avec les cheveux noirs en train de nager, et les autres copains sont de l’autre coté, ils nagent, il y a beaucoup de gens, tellement qu’in ne peut même pas les compter.

Les enfants devant la palissade

Raphaël : « Je suis un petit garçon, j’ai 6 ans, j’aime bien l’école, c’est l’heure de la récréation, je suis en train de fabriquer un lance-pierre pour les gens qui sont méchants avec moi, et mes copains ils m’aident, ils vont m’aider à tirer sur eux, le chef de groupe, il est en train de le faire… je suis le plus petit de la bande, je m’appelle Martin, mon surnom c’est Markus »

Aymane : « Je m’appelle Thomas, j’ai dix ans, et on va fabriquer un lance pierre, mon copain m’a pris mes lacets pour fabriquer le lance-pierre, et il prend tous les habits des autres discrètement, à chaque fois il fait ça quand il veut fabriquer des choses. »

Les randonneurs

Saskia : « Je m’appelle Rayan, j’ai une canne, je fume ma pipe, je m’apprête à me lever pour aller faire une ballade sur les montagnes, là-bas très loin »

Adam : « Ils ont tellement marché dans la campagne à travers les montagnes, il y en une qui est tellement fatiguée… elle dort. »

Léonore: « C’est vraiment beau cette montagne, à cause de cette nature, je veux devenir un ange entre tous les nuages… »

Puis, nous avons passé plusieurs séances à regarder des extraits de film. Nous avons guidé le regard des enfants pour qu’ils comprennent la notion de plan, et l’utilisation des différentes tailles en fonction de l’émotion que le réalisateur veut communiquer au spectateur, ou de ce qu’il veut montrer. Les enfants ressentent bien les choses, mais ils ont beaucoup de mal à verbaliser, et à analyser les situations. Nous nous adaptons en simplifiant et en utilisant les émotions des personnages ou du spectateur comme vecteur d’analyse.

Les élèves ont vu les extraits suivants :

La petite marchande d’allumette – Mandy – Le petit fugitif – Mouchette –Récréations – Boudu sauvé des eaux

Catégorie : Exercice 1 | Laisser un commentaire

FINALEMENT ON TOURNE

Avant de commencer à tourner et donc à prendre la caméra, chacun de nous a inventé une petite histoire qui représentait une situation entre deux personnages.

Un à la fois nous avons lu notre histoire et nous avons choisi celle de Emma.

Nous avons fait de petites auditions et Emma a fait le metteur en scène.

Pour décider où placer la caméra, nous avons analysé l’emplacement, nous avons choisi le meilleur angle et nous avons enfin décidé où positionner les personnages.

Nous avons tourné avec la caméra fixe et, avant de commencer à tourner, Mattia  prononçait le mot magique “ACTION” !

Voici quelques photos de notre atelier.

 

 

 

Laisser un commentaire

Préparation de l’exercice n°2

Aujourd’hui, le jeudi 17 janvier, nous avons tourné l’exercice n°2. Nous devions filmer en quelques plans une situation.

Les séances précédentes nous avions analyser des extraits de films mettant en scène des situations: une rencontre amoureuse, une scène de dispute, ou un départ sur le quai d’une gare. Nous nous sommes rendus compte que les lieux étaient importants pour mettre en scène une situation forte: un restaurant, le quai de la gare, la rue, …De plus, il n’y a avait pas forcément besoin de beaucoup de dialogues pour que le spectateur comprenne la situation entre les personnages. Cela nous a pris un jeudi.

Le jeudi suivant, nous nous sommes mis en groupe de trois ou quatre élèves avec pour consigne  de trouver un lieu où l’on pouvait tourner mettant en scène une situation facile à comprendre. Nous avons voté pour la situation qui nous plaisait le plus.

Le choix a été difficile car il y avait plusieurs situations intéressantes.

Aujourd’hui, le jeudi 17 janvier, nous avons tourné dans le collège, dans les couloirs et en salle des professeurs, lieu, normalement interdit d’accès aux élèves. Une partie de la classe a été libérée pour que nous puissions tourner. Nous avons d’abord fait un tour des différents lieux pour savoir ce que l’on devait filmer et comment les comédiens devaient jouer.  Le rôle de chacun était bien défini: deux caméramans, deux perchistes, deux scripts, deux personnes pour le clap, deux reporters, …. Qui aurait pu croire que ce serait si

Mise en place de la caméra et de la perche

long de tourner si peu de plans?  On espère que le résultat sera à la hauteur de notre investissement. Malheureusement, nous n’avons pas pu tourner tous les plans que nous avions prévus. Nous ne nous étions pas attendus à être interrompus par les passages dans les couloirs, la sonnerie, le problème de matériel, et surtout le temps… Le temps file et défile à toute vitesse.

 

 

Le couloir , un lieu de passage.

Laisser un commentaire

Tournage de l’exercice 2

 

 

 

 

 

Catégorie : Exercice 2 | Laisser un commentaire

Exercise1

It has started the lesson.

Children analysed some painting that the they had chosen.

 

 

Mr. Suwa compared the painting of the situation and the portrait-painting.

 

 

 

Catégorie : Exercice 1 | Laisser un commentaire

Lycée Yves Leborgne

L’atelier CCAJ du lycée Yves Leborgne de Ste-Anne est constitué des 11 élèves de 1ère option facultative, cinéma audiovisuel. Ils sont encadrés par Patrick Philogène (réalisateur, cadreur et monteur) et Pascal Barraud (enseignant).

Une équipe de tournage de l’exercice 1.

Ecriture, en groupe, de l’exercice 2.

Exercice 2

Exercice 2.

Exercice 2.

Montage de l’exercice 2.

Catégorie : Présentation des ateliers | Laisser un commentaire

Préparation du premier exercice

Interpretação e representação das situações observadas nos quadros propostos pelo CCAJ na sala da Escola EB 2,3 Sobral de Monte Agraço.

Interprétation et représentation des situations observées dans les images proposées par le projet CCAJ dans la classe de Escola EB 2,3 Sobral de Monte de Agraço.

Catégorie : Exercice 1 | Laisser un commentaire

Exercices de tournage à Évora

Após o visionamento de obras de cinema em sala de aula, experimenta-se a matéria cinematográfica fora dela.

Après la visualisation de oeuvres cinématographiques dans la salle de classe, on ressent la matière cinématographique en dehors de la classe.

Catégorie : Exercice 2 | Laisser un commentaire

Films vus aux ateliers

Visionamento na oficina do CCAJ do filme O Pão e a Rua de Abbas Kiarostami.

Visualisation dans l’atelier du CCAJ  du film « Le Pain et la Rue » de Abbas Kiarostami.

Catégorie : Films vus | Laisser un commentaire

Extraits de films avec un observateur caché

Il était une fois en Amérique de Sergio Leone (1984)

Le héros est triste, il pleure car il se souvient de son enfance quand il se cachait pour regarder une jeune fille qui dansait.

Quand il était jeune, il regardait danser la jeune fille dont il était amoureux.

La jeune fille regarde en direction du jeune homme car elle a vu qu’il l’observait.

 

Mes petites amoureuses de Jean Eustache (1974)

Le jeune garçon regarde une femme qui promène son bébé dans un landau. Il dit que pendant longtemps il pensait à elle quand il s’endormait le soir.

Depuis quelques jours, le soir, le jeune homme voit à travers la fenêtre un couple qui s’embrasse.

Il finit par se rendre compte qu’il ne s’agit pas toujours du même homme.

Un soir, alors qu’il est toujours derrière la fenêtre de son atelier, la jeune fille le regarde pendant qu’elle embrasse un autre homme.

On voit qu’alors le jeune garçon a les larmes aux yeux.

 

Psychose d’Alfred Hitchcock (1960)

Norman, dans sa chambre où il y a des animaux empaillés, regarde le tableau accroché au mur. On voit son reflet dans une vitre; il a un air diabolique.

Norman regarde par le trou dans le mur de sa chambre la femme qui se déshabille.

On voit l’œil de Norman en gros plan.

A la fin de la scène, Norman a vraiment un air inquiétant.

 

Catégorie : Films vus | Laisser un commentaire