Archives de catégorie : Films vus

LES FILMS QUE NOUS AVONS VU

“O tempo estava pacífico e depois torna-se violento!
Le temps était calme puis il devint violent!

“A meteorologia dá noção dos sentimentos da personagem, para já é pacífico mas não vai ficar sempre assim.”
La météo donne une idée des sentiments du personnage, pour l’instant tout est calme mais cela ne va pas rester toujours ainsi.

screen-shot-2011-03-20-at-4-44-16-pm
Elephant, Gus Van Sant (2003)

un-ete-avec-monika_2448_230797f9104_10
Sommaren med Monika (Monika), Ingmar Bergman (1953)

 

“Eles estavam felizes, o tempo estava bom, até o rouxinol estava a cantar!”
Ils étaient heureux, il faisait beau, même le rossignol chantait!

“O rouxinol é o som mais importante, parece que está a cantar para ela…”
Le chant du rossignol est le son le plus important, il semble qu’il chante pour elle…

PartieDeCampagne1_03
Une Partie de Campagne, Jean Renoir (1936)

 

“A chuva está a avisar que alguma coisa vai acontecer, mostra-nos que eles não vão poder ficar juntos.”
La pluie annonce que quelque chose va arriver, elle nous montre qu’ils ne pourront pas rester ensemble.”

“A chuva pesa… A chuva pesa sempre.”
La pluie est pesante… La pluie est toujours pesante.

i225013
Little Fugitive (Le Petit Fugitif), Morris Engel, Ray Ashley, Ruth Orkin (1953)

29484-64007
Ladri di biciclette (Le voleur de bicyclette), Vittorio de Sica (1948)

 

Os nossos exercícios: Sensações meteorológicas
Nos exercices : sensations météorologiques

Captura de ecrã 2016-05-19, às 12.58.34
Exercício 2, Sensações Meteorológicas: chuva
Exercice 2, Sensations Météorologiques : pluie

Captura-de-ecrã-2016-02-23-às-12.57.25
Exercício 2, Sensações Meteológicas: bom tempo
Exercice 2, Sensations Météorologiques: beau temps

Captura de ecrã 2016-05-19, às 13.01.39
Exercício 2, Sensações Meteorológicas: o vento
Exercice 2, Sensations Météorologiques: le vent

Catégorie : Films vus | Laisser un commentaire

Sortie à la cinémathèque : MOONRISE KINGDOM de Wes Anderson

Sortie à la cinémathèque : MOONRISE KINGDOM de Wes Anderson

Résumé : C’est l’histoire de deux personnes, une fille et un garçon, qui s’aiment et qui fuguent ensemble pour vivre librement leur amour. Mais les adultes ne seront pas d’accord et vont essayer de les séparer. Au début du film on voit une pièce de théâtre sur le déluge et a la fin du film il y aura un vrai déluge, l’église fera office d’arche. (Sakina, Ayoub, Ismahen)

 

On est parti à 8h30 pour voir le film de Wes Anderson Moonrise Kingdom. On est arrivé à la Cinémathèque Française. On a aimé parce que il y a de l’action et que c’était point ennuyant et qu’il y avait la guerre des scouts. Les personnages héroïques sont Sam et Suzy qui s’enfuient pour trouver l’amour sans leurs parents, parce que leurs parents ne veulent pas qu’ils soient ensemble et que c’était bizarre de trouver un jeune couple qui avaient 12ans. Ce film a évoqué la pluie, les coups de tonnerre, le temps et l’espace pris par l ouragan à la fin du film. (Saher Et Youssouf)

Ayoub : C’était vraiment très choquant car les deux enfants qui se sont enfuis ont fait des choses  bizarres. Les acteurs jouaient très bien comme Sam et ce film représente la météo et le temps.

Sakina : Ce film était intéressant car c’était un film qui ma rappeler l’importance de l’amour et de la vie. Je trouvais que il jouait bien mais la fille elle était un peu bizarre .C’était un film qu’était pas trop mon style je n’irais pas le voir toute seule.

Ismahen : Je pense que se film était intéressant parce que on voyait bien la météo est Sam jouait bien et la nature était très belle . L’histoire était bien. J’ai bien aimé le film.

Catégorie : Films vus | Laisser un commentaire

Sortie Collège au cinéma : Les rêves dansants, sur les pas de Pina Bausch

Sortie Collège au cinéma :

Les rêves dansants, sur les pas de Pina Bausch, film documentaire d’Anne Linsel et de Rainer Hoffmann.

 

Ce film est un documentaire sur un groupe de comédiens débutants allemands qui se préparent à participer à la pièce de théâtre kontakthof .Les adolescents essaient de rester naturel devant la caméra de plus il leur a fallut beaucoup de courage car dans cette pièce il y a beaucoup de scènes embarrassantes comme la scène de la fessés ou la scène de déshabillage. Peu à peu ils s’habituent et prennent confiance, ils deviennent amis et respectent les indications de Pina Bausch une célèbre star de la danse. (Sakina, Ismahen, Ayoub)

 

 

On est parti du collège à 9h et pour revenir à 11h.

Nous sommes partis avec tout les 4ème c’était un peu n’importe quoi mais au moins on ne s’ennuyait pas.

Pour ne pas bavarder on était groupé par classe et c’était pas plus mal !

C’est un documentaire très intéressant, où des adolescents aussi avait un projet, un objectif : la danse.

Les réalisateurs du film sont Anne Linsel et Rainer Hoffmann.

Les adolescents n’étaient pas très à l’aise devant la caméra mais c’est eux qui ont demandé de le faire.

Ils avaient honte quand Pina Bausch est venue les regarder car c’est une très grande star dans l’art de la danse !

Heureusement leur professeur (avec qui ils ont créé un lien très fort) Joséphine Ann Endicott était très gentille et ne manquait pas de les aider.

Il devait faire plusieurs chorégraphies et à la fin les montrer sous forme de spectacle.

Le plus dur pour eux je pense c’était d’avoir un contact avec quelqu’un qu’il connaissait à peine.

Dans sa globalité le film était bien et rigolo, on s’est amusé ! Ce que j’ai aimé le plus c’est le moment ou chaque danseur raconte sa vie, ses problèmes, c’était émouvant j’ai adoré …

J’ai pas trop aimé la danse elle était bizarre mais elle m’a bien fait rire , et j’ai pas du tout aimé le moment où l’homme adolescent s’est déshabillé pour ce mettre en slip et la femme adolescente en robe de chambre cette scène ne servait a rien elle était ennuyante et nulle ! (Aminata)

 

Le film n’était pas très bien, parce-que la langue était de l’allemand, l’histoire du film était très intéressante, parce que ça parle de la vie des adolescents-acteurs-danseurs quand il sont filmés, leur attitude et leur réaction, ils on été volontaire mais ils ne s’attendaient pas à faire des gestes déplacés pour participer à la chorégraphie inventée par Pina Bausch. (Samy et Zhili)

Catégorie : Films vus | Laisser un commentaire

Quelques uns des extraits travaillés

Des extraits analysés et travaillés avec Michaël avec notre professeur :

 

Tout plein tout plein !!!! depuis la rentrée

Monika, Le Voleur de bicyclette, Armacord, Les Parapluies de Cherbourg, Le Petit Fugitif, Casablanca, La Comtesse aux pieds nus, Le Sport favori de l’homme, Les Sept samouraïs, Tomboy, brumes d’automne….

hqdefault

Lake+-+Brumes+d'automne+(1929)Brumes d automne (4)

Brumes d automne (3)brumes+d'automne

dimitri24an

La Balade sauvage de Terence Malick, 1973

Dersou Ouzale d’Akira Kurosawa, 1975

Mélancholia de lars von Trier, 2011

Nanouk, L’Esquimau de Robert Flaherty, 1922

Tarzan, l’homme singe, W. S. Van Dyke, 1932.

 

Nous avons vu Monika, Le Petit fugitif et Le Voleur de bicyclette. DansLe Petit fugitif ils ont filmé la pluie sous différentes façons, au sol, dans les flaques d’eau. DansLe Voleur de bicyclette la pluie est artificielle, elle est faites avec des tuyaux de pompier, on sait quelle est artificielle car à des endroits il y en a moins (Aaliyah)

80854998_o

Mickaël nous a montré comment certains réalisateurs filmait le climat en montrant des feuilles qui tombent dans l’eau, il y avait aussi le voleur de bicyclette avec cette scène ou le père et le fils sont sous la pluie. (Adam)

L’endroit ou il cherche le voleur de bicyclette, il pleuvait et les marchand de bicyclettes quitte leur endroit pour éviter la pluie. (Zhili)

Dans Le Petit fugitif il filmait la pluie en mettant la caméra sur le sol et on voyait par exemple des reflets dans une flaque. On voyait de gens mouillés, avec des parapluies ou qui se cachaient sous des toits. (Ismahen)

 

On a vu des extraits de films sur le temps. Le voleur de bicyclette a un certains moment le cameraman nous montrait plusieurs plans pour dire qu’il pleuvait vraiment fort. On a aussi vu un extrait sur Le petit fugitif qui nous montrait aussi la pluie, oui encore. L’extrait sur le film Monika nous montrait le beau temps avec un soleil illuminent. (Laura)

summer-with-monika-381tLgnNfbfL._SL1460_

summer-with-monika-1953

On a vu des extraits de film pour nous montrer différente manière de filmer le climat par exemple près du sol pour voir les effets de la pluie. (Maëva)

Dans un des extraits un garçon perd son petit sous la pluie dans la foule. Pour qu’on puisse voir la pluie il faut un fond foncé, des éclairages ou filmer le sol. (Nahuel)

 

Nous avons aussi appris des notions de cinéma et on a regardé des extraits de film sur le climat , quand on filme à l’extérieur on filme inconsciemment le climat. (Séphora)

 

Les frères Lumière ont pendant une minute avec leurs camera (une minute de pellicule max) filmé le paysage

Exemple = l’inondation. On aperçoit les personnes des calèches leurs réaction. Même si on ne voit pas on sait qu’il pleut car les personnes ont des parapluie, ils s’abritent

 

 

 

Quelques commentaires sur Armacord de Fellini

 

amarcord_the_counts_peacock

Ce film ce déroule dans un village. Les météores (brouillard, neige…) sont très présents, l’action est focalisée sur une femme que tous les hommes regardent.

Il y a même un homme qui la suit à cause de sa beauté. Il y a un narrateur. Quand il neige, le cameraman filme la réaction des habitants car la neige est rare dans cette ville, les réactions sont mitigées certains sont contents (les enfants) et d’autres en ont marre de toute cette neige. Le réalisateur joue à perdre le personnage qui cherche la belle femme dans le labyrinthe de neige.

 

amarcord00010

Amarcord_787_4ea5fbf02c058837cb0028ff_1320377683

 

Dans la brume, on aperçoit un vieil homme qui pense qu’il est mort et qu’il est perdu or un cocher lui dit qu’il est devant chez lui. Cela créé une ambiance de film d’horreur quand on voit le garçon tous seul qui d’un coup est nez à nez avec un taureau dans la brume sans aucune issue. (S.)

0003271_m

 

Tomboy sensations, soleil, froid, chaleur, corps, peau, vent, cheveux

Tomboy2

Michael-Lisa-Baignade101e61154ad6b584462ac1c3ca376aa6a

 

Catégorie : Films vus | Laisser un commentaire

VISUALISATION DE ‘LE HAVRE’

Visualização de Le Havre de Aki Kaurismäki
Visualisation de Le Havre de Aki Kaurismäki

20160129 CCAJ ALORNA_IMG_3189

havr1

As nossas impressões sobre a Luz:
Nos impressions sur la lumière :

‘É quase sempre noite!’
‘C’est presque toujours la nuit !’

‘O filme tem um ambiente…’
‘Le film a une ambiance…’

‘Há diferenças enormes de luz. A imagem tem zonas muito escuras e outras muito iluminadas. Eu acho que é para nos concentrar-mos nas personagens.’
‘Il y a des changements énormes de la lumière. L’image a des zones très sombres et d’autres très lumineuses. Je pense que c’est pour nous focaliser sur les personnages.’

‘Acho que a imagem é escura para demonstrar o sentimento de tristeza.’
‘Je pense que la lumière est sombre pour nous montrer le sentiment de tristesse.’

20160127 OMANV2015 CINEMATECA_IMG_3000

Sobre a Meteorologia e as Estações:
Sur la météo et les saisons :

‘A árvore diz-nos que chegou a Primavera, mas antes era Inverno.’
‘L’arbre nous dit que le printemps arrive, mais avant c’était l’hiver.’

‘Eu acho que a árvore simboliza qualquer coisa relacionada com a cura dela…’
‘Je pense que l’arbre symbolise quelque chose lié à sa guérison…’

‘A cura dela é um milagre e as flores no Inverno também é um milagre!’
‘Sa guérison est un miracle, et les fleurs en hiver sont aussi un miracle!’

le-havre12

Sobre a Cor:
Sur la couleur:

‘As cores estão bonitas! São cores fortes. E o azul predomina.’
‘Les couleurs sont belles! Ce sont des couleurs fortes. C’est le bleu qui prédomine.’

‘A cor do vestido é importante. E a cor das flores da árvore!’
‘La couleur de la robe est importante. Et les couleurs des fleurs de l’arbre!’

‘O branco das flores chama a atenção.’
‘Le blanc des fleurs retient l’attention.’

 

Catégorie : Films vus | Laisser un commentaire

Intérieur/extérieur : les fenêtres dans « La vie est immense et pleine de dangers »

Nous sommes allés voir « La vie est immense et pleine de dangers » au cinéma. C’est un film documentaire de Denis Gheerbrant.  Ce film nous a beaucoup intéressés : il nous montre comment des enfants atteints du cancer vivent au quotidien dans un hôpital parisien. Nous suivons plus particulièrement un enfant de 8 ans, Cédric, depuis son arrivée à l’hôpital jusqu’à  sa guérison, en passant par toutes les épreuves qu’il a doit traverser.

affiche

Ce film est presque entièrement tourné à l’hôpital. Pourtant, dans toutes ces séquences tournées à l’intérieur, l’extérieur est présent grâce aux fenêtres que le réalisateur a filmées très souvent. Nous y avons été attentifs car nous avions travaillé en classe sur la notion d’intérieur/extérieur en visionnant des extraits de films. Nous nous sommes interrogés sur ce choix de filmer si souvent les fenêtres.

Les plans de fenêtres, très présents dans le film, nous permettent de nous évader un peu. Ils constituent une respiration pour les spectateurs et aussi pour les enfants malades. Nous avons, aussi pensé que l’extérieur pouvait signifier pour eux la sortie de l’hôpital et donc la guérison.

Ces plans, dans lesquels les fenêtres sont filmées plein cadre, permettent aussi de voir défiler les journées et les saisons. Quelquefois, le moment de la journée ou le temps qu’il fait sont en accord avec ce que ressentent les enfants qui viennent de parler ou qu’on vient de nous montrer : la colère, l’ennui, l’espoir, la résignation… D’autres fois, ce n’est pas le cas du tout.

vie1

Les plans sur les fenêtres nous montrent que la vie continue ailleurs, que l’intérieur de l’hôpital et l’extérieur sont deux mondes séparés. D’autres fois, au contraire, un même plan montre à la fois l’intérieur et l’extérieur grâce aux reflets dans la vitre. Les deux mondes, alors, se superposent.

Dans tous les cas, ces plans de fenêtres, qui correspondent souvent à des moments sans paroles, nous permettent de réfléchir à ce qui vient d’être dit ou montré, de ressentir nos propres émotions.

 

Catégorie : Films vus | Laisser un commentaire

C’est parti pour le Collège Pagnol, l’école F. Arago de Bompas et le collège La Garrigole

Les trois classes participantes au dispositif dans les Pyrénées-Orientales se sont réunies dans la salle Marcel Oms de l’Institut Jean Vigo le mardi 6 octobre pour une journée autour du thème de l’année « Au loin s’en vont les nuages, les enfants du monde filment le climat ».

Frédéric Borgia, Christian Assalit, Philippe Boumaza ont présenté et analysé plusieurs courts-métrages et extraits de films avec les élèves de CE2 de Bompas, les élèves de 3ème du collège M. Pagnol et les élèves de 6ème du collège La Garrigole.

Ils ont visionné les Courts- métrages « Slow burn » de Chris Chew – « La lampe au beurre de Yack » de Hu Wei – « Juillet »  de Darejan Omirbaev.

Les extraits : « Monika » d’Ingmar Bergman – « Le petit fugitif » de Ray Ashley et Morris Engel – « Breakfast at Tiffany’s » de Blake Edwards –   « Etre et avoir » de Nicolas Philibert – « Casablanca » de Michael Curtiz – « Le déjeuner sur l’herbe » de Jean Renoir – « Le genou de Claire » d’Éric Rohmer – « Melancholia » de Lars Von Trier –  « La ruée vers l’or » de Charlie Chaplin – « Citizen Kane » d’Orson Welles.

Les élèves ont pu ainsi commencer à appréhender les différentes façons de filmer les éléments du climat et envisager le travail à accomplir cette année.

pagnol

Catégorie : ... en cours, Films vus | Laisser un commentaire