Archives par mot-clef : imaginer

« Le hors champ » par Jean-Louis Comolli, à la Maison de l’image-Vidéo Les Beaux Jours de Strasbourg

Retour sur la formation : Réflexion sur « le hors champ » par Jean-Louis Comolli mise en place le 11 mai 2011 à la Maison de l’image de Strasbourg par Vidéo Les Beaux Jours.
Adressée au public scolaire, dans le cadre des ateliers du « Cinéma, cent ans de jeunesse » en Alsace :
-partenaire culturel : Vidéo Les Beaux Jours
-établissements : lycée Marc Bloch de Bischheim et collège Rouget de Lisle de Schiltigheim.

Le mercredi 11 mai, Jean-Louis Comolli est intervenu une journée entière auprès des élèves, des professeurs et intervenants impliqués dans le dispositif « Cinéma, cent ans de jeunesse ». Nous lui avons demandé, en tant que cinéaste et théoricien du cinéma, de nous faire part des réflexions que lui inspire le thème : « Montrer / cacher ».

Notre invitation était motivée par les écrits de Jean-Louis Comolli sur la notion de « hors champ ». Son approche l’étend au-delà du stade de la réalisation : elle se fonde sur l’expérience du spectateur, la place qu’il se donne devant le film : « Qu’est-ce par exemple qu’un hors-champ qui n’ouvre pas sur le noir des abîmes ou des peurs de mon imagination, mais sur l’abat-jour, le bouquet, les bibelots rassurants du foyer, du petit monde habité, repéré, inoffensif ? » (dans « Images documentaires » n°31 : « La place du spectateur).

L’après-midi a été l’occasion d’un dialogue engagé avec les élèves autour d’extraits de films, notamment « M le Maudit » de Fritz Lang et « La féline » de Jacques Tourneur. Le module sonore ci-joint en propose un extrait. À partir des remarques des élèves, Jean-Louis Comolli en vient à souligner les enjeux du « cacher » dans la mise en scène : « Rendre les choses visibles, c’est empêcher de les imaginer. (…) En les montrant, on les familiarise. Montrer c’est décevoir. Ne pas le faire, c’est jouer avec (…) les attentes du spectateur : à lui de rêver. »

Comolli_Hors champs-MP3 partie 1
Comolli_Hors Champ-MP3 partie 2

Dans « La féline », l’ombre autour de l’écran est ramenée dans l’image: « Le hors-champ se trouve représenté par la part d’ombre de l’image où les personnages disparaissent comme s’ils sortaient du champ. »

Une rencontre passionnante qui amène à réfléchir sur le « travail du spectateur » devant les images, y compris celles que les élèves ont réalisées eux-mêmes…

Catégorie : Cinéma, cent ans de jeunesse | Marqué avec , , , | 2 commentaires

Impressions après notre premier exercice

Cacher permet aux gens d’imaginer. Par exemple si on met le son d’une chose qui tombe dans l’eau, les gens peuvent imaginer si c’était une chose lourde ou légère.
Dans mon film, j’ai montré le son d’un ballon mais j’ai caché l’autre partie du champ où la balle va taper.
Luis Silva
Esconder dá para as pessoas imaginarem. Por exemplo a gente põe o som de algumas coisas a cair na àgua e, as pessoas podem imaginar se foi por exemplo uma coisa pesada ou leve.
No meu filme mostrei o som da bola e escondi a outra parte do campo em que a bola foi bater.
Luis Silva

Montrer et cacher, pour moi, c’est par exemple un enfant qui court et qui tombe. Mais on le voit pas tomber, on l’entend seulement pleurer.
Dans mon film, j’ai montré Maureen en train de rire, mais nous ne savons pas pourquoi elle rit. J’ai caché Daniela qui chante.
J’ai compris que le cinéma n’est pas seulement ce que nous voyons.
Il faut être très intéressé pour réussir à réaliser un film. J’ai découvert que le cinéma est très important et très intéressant, car par exemple nous devons être très concentré pour penser un plan avant de décider de filmer parce qu’il ne suffit pas d’arriver et de filmer. J’ai aimé réaliser ce travail, travail parce que pour avoir un bon film, il faut beaucoup de travail.
Irma
Mostrar e esconder para mim é por exemplo um menino a correr, dá uma queda, mas não vemos ele a cair só o ouvimos a chorar.
No meu filme eu mostrei a Maureen a rir mas não sabemos porque ela estava  a rir . Eu escondi a Daniela a cantar.
Percebi que o cinema não é só aquilo que vimos. Temos que ter muito interesse para conseguir realizar um filme. Descobri que o cinema é muito importante e muito interessante
por exemplo temos que ter muita concentração pensar num plano antes de decidir filmar porque não é só chegar e filmar. Gostei de estar a realizar este trabalho porque para ter um bom filme é preciso muito trabalho.
Irma

Je pense que montrer/cacher c’est par exemple avoir une personne qui parle avec une autre, une des deux se fâche et donne une gifle à l’autre, mais on ne voit pas la personne donner la gifle, on ne voit que l’autre la tête déjà tournée avec déjà la main sur la joue et on a entendu le son de la gifle, mais on n’a pas vu la personne donner la gifle.
Dans mon film, j’ai montré Carla en train de dessiner au tableau de la classe. Elle dessine quand un camarade lui dit que c’est moche et elle fait un geste comme pour dire qu’elle se fiche de son commentaire. J’ai montré Carla en train de dessiner mais je n’ai pas montré le camarade qui fait le commentaire.
Avec cette expérience j’ai appris à être plus intéressé par les films quand je les vois, à regarder les détails, les moments de montrer/cacher, le son et les caractéristiques… je sais seulement dire que maintenant je sais plus de choses que je n’en savais avant, que j’espère en savoir encore plus et que maintenant je passe mes weekend à voir des films.
Maureen d’Almeida
Eu acho que mostrar/esconder é por exemplo termos uma pessoa a falar com outra, uma delas fica zangada e dá uma estalada à outra mas não se vê a pessoa a dar a estalada só se vê a outra pessoa de cara virada já com a mão na cara e ouviu-se o som da estalada mas não se viu a pessoa a dar a estalada.
No meu filme filmei a Carla a desenhar no quadro da sala H5. Ela estava desenhando uma coisa quando um colega diz que está feio e ela faz um gesto como se dissesse que não está interessada no comentário. Mostrei a Carla  a desenhar mas não mostrei o colega que fez o comentário ao desenho.
Com esta experiência aprendi a ter mais interesse pelos filmes quando os vejo, a olhar para cada detalhe de um filme, os momentos de mostrar/esconder, o som, as imagens e características… só sei dizer que agora sei mais coisas do que antes sabia, que espero saber mais e  que agora passo o fim de semana  a ver filmes.
Maureen d’Almeida

Catégorie : Carnets de bord des ateliers | Marqué avec | Un commentaire